L'examen de math

Style/Thème :
Comédie
Lieux :
Une salle de classe
Nombre de comédiens :
6
Durée :
12 minutes
Âge :
8 à 13 ans
Niveau :
Intermédiaire
Résumé :

En discutant juste avant le début des cours, des élèves s'aperçoivent qu'ils ont oublié d'étudier en vue d'un examen de mathématique qui doit avoir lieu le matin même. Pour se sortir de ce pétrin, ils obligent la petite bolle de la classe à leur communiquer secrètement les réponses via un système de codes visuels.

Une courte pièce parfaite pour des jeunes qui débutent en théâtre avec une histoire qui est très près de leur quotidien. Succès assuré ! Also available in English

Extrait du texte plus bas

Availability: En stock

13,16 €
Au Canada, des taxes peuvent s’ajouter.

Vous pourrez télécharger le texte de la pièce de théâtre tout de suite après la transaction (en format PDF)

Nos pièces de théâtre ont été jouées au quatre coins de la francophonie. En savoir plus...

Pour toute information
Contactez-nous

Extrait du texte

L'examen de math

par Luc Boulanger

Les personnages
Mme Mathieu : professeur 
Alyson : la précieuse 
Annabellel'espiègle 
Florencela sportive 
ÉlisabethLa petite bolle
SophieLa dure de la gang

Décors et accessoires

Une classe, un bureau de professeur, cinq pupitres et des chaises.

Ce texte est protégé par les lois sur le droit d’auteur. Avant de le reproduire (le photocopier), le présenter devant public ou le publier sur papier ou de façon électronique, assurez-vous d’avoir les autorisations requises. 


Scène un

Alyson entre la première. Elle va à sa place et fouille dans son sac pour sortir une brosse. Elle s'arrange les cheveux lorsque Florence entre tout essoufflée.

Alyson : Coudonc, es-tu venue en courant ?

Florence : Oui, je m'entraîne pour les olympiques scolaires.

Alyson : T'as déjà plein de médailles d'accrochées dans ta chambre.

Florence : C'est pas les médailles qui comptent, c'est la performance. J'essaie toujours d'être meilleure.

Alyson : Moi, j'ai jamais gagné de médailles.

Florence : Avec tes talons hauts, tu pourrais peut-être essayer le saut en hauteur ? T'aurais des chances.

Alyson : Ah ! Ah !

Annabelle et Sophie arrivent à ce moment. Annabelle va déposer quelque chose sur la chaise du professeur.

Sophie : Salut gang !

Florence et Alyson : Salut !

Sophie s'assoit sur son pupitre.

Alyson : Tu sais qu'on n'a pas le droit de s'asseoir sur nos pupitres.

Sophie : Moi, je fais ce que je veux quand je veux.

Florence : Si madame Mathieu te voit, elle ne sera pas contente.

Sophie : J'ai pas peur de la maitresse, moi.

Annabelle : Moi non plus, elle ne me fait pas peur, la preuve, je viens de mettre une punaise sur sa chaise.

Alyson : T'es mieux de ne pas te faire pincer.

Annabelle : Pas de problème. C'est plutôt les fesses de la maitresse qui vont pincer.

Tous les autres rient. Élisabeth entre alors.

Élisabeth : Pourquoi vous riez. Vous êtes encore en train de vous moquer de moi, je suppose ?

Sophie : On ne se moque pas de toi. Mais, c'est une bonne idée, on pourrait le faire.

Annabelle en chantonnant : Élisabeth, a des lunettes, qui sont très lettes.

Élisabeth en montant le ton : Arrêtez !

Sophie : Oh ! La chouchou du prof n'est pas contente. Est-ce que tu vas aller te plaindre à ton papa plein d'argent ? Pis y va venir te reconduire pour te protéger.

Élisabeth : Maintenant, je viens toute seule à l'école.

Florence : C'est vrai. Elle vient avec une bicyclette 18 vitesses toute neuve que son père lui a achetée. Je rêve d'en avoir une comme ça.

Sophie : Une bicyclette 18 vitesses ? Est-ce que je pourrais l'essayer ?

Élisabeth : Mon père ne veut pas.

Florence : Y que t'es plate !

Élisabeth : Vous êtes ben trop brisefers.

Alyson qui était en train de regarder dans son calepin : Ah non ! On a un test de math ce matin.

Florence, Sophie et Annabelle : Quoi ?

Alyson : Vous avez juste à regarder dans votre carnet, c'est écrit.

Florence : Ah non ! J'ai oublié d'étudier.  J'ai joué au basket toute la soirée hier.

Annabelle : Sophie et moi, on faisait du patin à roues alignées.

Alyson : Moi, il fallait que je regarde mes téléromans.

Élisabeth : C'est sûr, vous ne regardez jamais vos carnets. Moi, j'ai passé la soirée à étudier.

Sophie : On le sait ben, t'as toujours cent sur cent.

Élisabeth : Même si j'avais zéro dans tous les examens qui nous restent, je passerais quand même.

Sophie : Moi, si j'ai encore un zéro, je suis certaine d'échouer.

Florence : Il faut faire quelque chose.

Sophie : T'as raison, mais quoi ?

Florence : Je sais, on va copier sur Élisabeth.

Élisabeth : Il n'en est pas question.

Sophie : Eh, t'es mieux de nous aider. Est-ce que c'est clair ?

Élisabeth ne dit rien.

Sophie : Est-ce que c'est clair ?

Élisabeth à contrecoeur : Oui !

Annabelle : J'ai une idée. On va se donner un code. Comme c'est un examen à choix de réponses, ça va être facile. Quand la réponse est "A", Élisabeth va se gratter la tête comme ça.

Annabelle se gratte la tête.

Annabelle : Pour "B", tu pourrais te gratter le nez.

Alyson : C'est une super bonne idée !

Sophie : Pour "C", elle pourrait taper du pied.

Florence : Ben non, ça va être trop évident.

Annabelle : Pour "C", elle va bailler, pour "D", elle va se tirer l'oreille et pour "E", elle va bouger le nez comme ceci.

Alyson : Attends, est-ce que tu peux répéter ?

Florence : C'est facile, "A", elle se gratte la tête, "B", elle se gratte le nez, "C', elle baille, "D", elle se tire l'oreille et "E", elle bouge le nez.

Alyson : Je vais les écrire sur mon bureau pour m'en rappeler.

Annabelle : Moi aussi.

Alyson, Florence et Annabelle écrivent le code sur leur bureau.

Sophie à Élisabeth : T'as bien compris là ?

Élisabeth : Oui, oui.

Florence : Attention, la maitresse arrive.

Mme Mathieu entre. Les enfants ne disent rien.

Mme Mathieu : Bonjour les enfants ! Vous avez l'air trop tranquille. Ça m'inquiète un peu.

Élisabeth se lève pour aller porter une pomme à Mme Mathieu.

Mme Mathieu : Merci ma belle, tu es très gentille. Si tous les élèves étaient comme toi.

Lorsque Élisabeth retourne à sa place, les autres la regardent avec une pointe de mépris.

Annabelle à Élisabeth tout bas : Licheuse.

Élisabeth fait une moue à Annabelle.

Mme Mathieu : Bon, vous savez sans doute que nous avons un test de mathématique ce matin. Mais avant, je voudrais terminer notre leçon d'hier sur les verbes du deuxième groupe. Nous étions rendus au verbe Haïr. Qui peut me le conjuguer à l'indicatif présent ?

Personne ne répond.

Mme Mathieu : Alyson !

Alyson : Moi ?

Mme Mathieu :Oui.

Alyson se lève.

Alyson : Je l'aguis, tu l'aguis, il l'aguit, nous l'aguirons

Mme Mathieu : Ce n'est pas ça. Élisabeth !

Élisabeth : À l'indicatif présent, c'est trop facile madame. Je vais vous le conjuguer au subjonctif plus-que-parfait : que j'eusse haï, que tu eusses haï, qu'il eût haï, que nous eussions haï, que vous eussiez haï, qu'ils eussent haï.

Mme Mathieu se met à applaudir.

Mme Mathieu : Bravo ! C'est merveilleux.

Annabelle : Nous haïssons faire des verbes madame.

Mme Mathieu : Annabelle, je peux me passer de tes commentaires. Tu vas haïr ça pour vrai parce que tu vas me copier tout le verbe aimer pour demain.

Annabelle : Ah !

Mme Mathieu : On ne rouspète pas.

Mme Mathieu va s'asseoir sur sa chaise. Les élèves la regardent. Lorsque ses fesses touchent la punaise, elle fait un gros saut et crie "Ayoye". Les enfants éclatent de rire, mais la maîtresse se lève et est très fâchée.

Mme Mathieu : Si j'attrape celle qui m'a fait ça, je vais l'envoyer chez le directeur et elle va être suspendue pour une semaine.

Florence : C'est peut-être une punaise qui est tombée de votre bureau ?

Mme Mathieu : Ça me semble plutôt être une mauvaise blague.

Élisabeth : En tout cas, ce n'est pas moi.

Mme Mathieu : Je le sais ma belle !

Mme Mathieu se retourne pour prendre les feuilles d'examen.

Mme Mathieu : Nous allons commencer l'examen tout de suite et comme vous m'avez mise de mauvaise humeur, je vous avertis que je serai très sévère sur la correction. Tiens, Élisabeth, distribue les feuilles.

Élisabeth distribue les feuilles.

Mme Mathieu : Vous avez dix minutes et je ne veux rien entendre.

Mme Mathieu prend un livre pour lire. Les enfants observent Élisabeth. Celle-ci regarde sa feuille et se tire l'oreille. Les autres écrivent la réponse. Ils regardent de nouveau Élisabeth, celle-ci se gratte le nez. Annabelle, Alyson et Florence écrivent la réponse, mais Sophie n'a pas bien vu.

Sophie tout bas à Annabelle : C'était quoi ?

Annabelle se gratte le nez de façon évidente.

Sophie : Ah, OK !

Mme Mathieu : J'ai dit silence !

Les enfants regardent de nouveau Élisabeth. Celle-ci baille, les autres se mettent à écrire. Mais, Élisabeth fait signe que "Non". Elle baillait pour vrai. Elle se met plutôt à bouger le nez. Sophie, Annabelle et Florence bougent toutes le nez. Alyson est perdue.

Alyson tout bas à Florence : Est-ce que c'est la troisième ou la quatrième question ?

Pour obtenir la fin de l'histoire, achetez ce texte

See a part of the english version of the text...

Droits d'auteur (FAQ)

Droits d'auteur (FAQ)

Qu'est-ce que le droit d'auteur ?
Le droit d'auteur garantit la protection des oeuvres littéraires, dramatiques, artistiques et musicales, des enregistrements sonores, des représentations d'une oeuvre en public et des télécommunications. Le droit d'auteur donne aux créatrices et créateurs le droit, devant la loi, d'être rémunérés pour leurs oeuvres et d'en contrôler l'utilisation.
Une fois que j'ai acheté un texte, est-ce que je peux l'utiliser à ma guise ?
Le fait d'acheter un texte sur le site de Animagination vous permet d'avoir accès à l'oeuvre intégrale que vous pouvez lire seul, en groupe ou encore travailler en classe ou en atelier. Mais le simple achat du texte ne vous donne pas l'autorisation de le jouer en public. Pour cela, il faut payer les droits de représentation.
Est-ce que je dois acheter les droits de représentation immédiatement ?
Vous pouvez revenir en tout temps sur le site de Animagination pour acquitter les droits de représentation. Il est préférable de le faire avant la tenue de l'activité ; la facture faisant office de preuve que vous détenez les droits de représentation. Cela dit, il n'est jamais trop tard pour payer les droits et ainsi régulariser votre situation.
Est-ce que les écoles doivent payer les droits de représentation ?
Si le texte est joué en classe ou devant un public exclusivement formé d'élèves, les écoles n'ont pas à payer les droits de représentation. Cependant, pour les représentations où les parents et amis sont invités, les droits de représentation s'appliquent.

Notez que les écoles du Québec bénéficient d'une entente entre l'AQAD (L'Association Québécoise des Auteurs Dramatiques) et le MELS (Ministère de l'Éducation, du Loisir et du Sport) qui défraie les droits de représentation devant un public de parents et d'amis. Il faut alors remplir un formulaire sur le site de l'AQAD
Est-ce que Animagination accepte de facturer les écoles du Québec ?
Oui, Animagination accepte de facturer les écoles du territoire de la province de Québec seulement. Il suffit alors de nous faire parvenir un courriel avec le titre de la pièce, le nom de la personne responsable, la ou les dates approximatives de représentation ainsi que l’adresse complète de l’école. Le délai de réponse est de 24 à 48 heures.
Est-ce que les troupes formées d'amateurs doivent payer les droits de représentation ?
Tout le monde doit payer le droit d'auteur. Les troupes formées d'amateurs ne sont pas exemptées, tout comme les organismes sans but lucratif. Même si le spectacle est présenté gratuitement, il faut payer les droits de représentation.
Est-ce que le droit d'auteur s'applique si nous jouons seulement un extrait ?
Les pièces doivent être présentées dans leur intégralité. Il faut une autorisation de l'auteur pour présenter un extrait et le droit d'auteur s'applique assurément.
Est-ce qu'on peut modifier un texte ?
Vous devez respecter l'intégrité du texte. Cependant, vous n'avez pas besoin d'autorisation pour les modifications suivantes : changement d'un nom de lieu, transformation d'un personnage féminin en masculin (ou vice versa), changement d'une expression qui n'est pas commune à l'endroit où la pièce est présentée. Aussitôt que vous transformez complètement une réplique, vous devez communiquer avec l'auteur.
Est-ce qu'on peut garder le texte dans nos archives ?
Il n'y a aucun problème à garder le texte dans vos archives. Cependant, s'il est présenté à nouveau, il faut acquitter les droits de représentation.
Est-ce que je peux publier le texte ou un extrait ?
Pour toutes publications, sous toute forme que ce soit, il faut contacter l'auteur ou ses représentants.
Est-ce qu'on peut retrouver les textes en librairie ?
Les textes sont seulement disponibles sur le site de Animagination.
Auteur

Luc Boulanger

Luc Boulanger auteurDétenteur d’un certificat de deuxième cycle en journalisme, c’est d’abord avec sa plume que Luc Boulanger s’est démarqué. Il a écrit une cinquantaine de pièces de théâtre qui sont diffusées dans internet et jouées partout sur la planète ; de Fermont au Kirghizistan, en passant par Singapour et Genève.

Il est cofondateur de la troupe de théâtre Animagination qui présente depuis plus de 25 ans des spectacles pour jeune public. En plus de concevoir les pièces, il est également comédien. La troupe se produit entre 50 et 100 fois par année au Québec et dans la francophonie canadienne. Animagination a eu la chance de travailler avec l’auteur Dominique Demers pour la conception et la présentation d’une pièce de théâtre mettant en vedette le personnage de Mademoiselle Charlotte.

En 1996, il a participé à la création du centre d’art La Chapelle, la salle de spectacles de son quartier dont il fut le premier coordonnateur durant trois ans. Il est resté un collaborateur actif du lieu et plusieurs de ses productions théâtrales sont présentées en primeur à La Chapelle.

Luc Boulanger a énormément travaillé comme animateur auprès des jeunes et des adultes. Il a notamment accompagné plusieurs groupes de voyageurs, visitant ainsi plus de 25 pays. Aujourd’hui, il agit davantage en tant que formateur en théâtre, en improvisation et en cinéma. Il fait partie de la liste de ressources du programme «Écrivains à l’école» subventionné par le ministère de l’Éducation. Une de ces expériences marquantes en tant que formateur est une série de trois séjours au Nunavik pour enseigner à de jeunes animateurs Inuits.

Grand amateur de cinéma, Luc réalise des films et des clips vidéo depuis qu’il a dix ans. Lors d’un voyage en Allemagne pour assister à une de ses pièces jouées en allemand, il a monté un reportage en utilisant seulement son iPhone. D’ailleurs, il est un passionné d’informatique, il connaît bien le langage HTML et explore constamment le logiciel Photoshop. Il conçoit la plupart des affiches de ses spectacles et adore la photographie de plein air. À l’occasion, il accepte des contrats de photos.

Membre de l’Union des Artistes (UDA) et président du conseil d’administration de l’Association québécoise des auteurs dramatiques (AQAD), Luc Boulanger est interpelé par les conditions socio-économiques de ses pairs. Il est ainsi un des fondateurs du Regroupement énergique des petites entreprises de théâtre (RÉPET) qui vise à valoriser le travail des artistes de théâtre qui s’autoproduisent.

En septembre 2013, Luc Boulanger a reçu une médaille de l’Assemblée nationale pour la diffusion de ses oeuvres et son implication dans son milieu.

Commentaires
Rédigez votre propre commentaire

Vous devez être enregistré pour rédiger un commentaire. Veuillez, vous identifier ou créer un compte utilisateur.