Le mort somnambule

De Luc Boulanger
Style/Thème :
Fantastique
Lieux :
Une riche demeure
Nombre de comédiens :
6
Durée :
10 à 12 minutes
Âge :
8 à 13 ans
Niveau :
Intermédiaire
Résumé :

Autrefois, avant de les mettre en terre, on veillait les morts plusieurs jours, c’est-à-dire qu’on les gardait à la maison afin de les accompagner dans leur ultime voyage. Le riche mari de Mme Chevrette est décédé et voilà que celle-ci a bien hâte de profiter de sa nouvelle liberté. Elle demande donc à plusieurs personnes de veiller le mort à sa place. Mais alors qu’il devrait être figé dans son dernier sommeil, le mort se met à parler.

Ce texte est inspiré d’une scénette de l’époque du théâtre burlesque. Cette histoire qui aborde légèrement une thématique fantastique est construite comme un conte avec une structure qui se répète et qui est donc facile à retenir pour les jeunes.

Extrait du texte plus bas

Availability: En stock

13,16 €
Au Canada, des taxes peuvent s’ajouter.

Vous pourrez télécharger le texte de la pièce de théâtre tout de suite après la transaction (en format PDF)

Nos pièces de théâtre ont été jouées au quatre coins de la francophonie. En savoir plus...

Pour toute information
Contactez-nous

Extrait du texte

Le mort somnambule

par Luc Boulanger

Style/Thème :  Fantastique
Lieux : Une riche demeure
Nb de comédiens : 6
Durée : 10 à 12 minutes
Niveau : Facile

Les personnages

M. Chevrette : Le mort 
Mme Chevrette : La femme du défunt 
Corinne : Une petite fille membre des guides
Mme Ragaut : Une voisine
Tante Imelda : La tante de Mme Chevrette
Le cordonnier

Décors

M. Chevrette est dans un cercueil que l'on dispose le plus possible à la verticale. Quelques lampions peuvent ajouter une atmosphère mystérieuse.

Ce texte est protégé par les lois sur le droit d’auteur. Avant de le reproduire (le photocopier), le présenter devant public ou le publier sur papier ou de façon électronique, assurez-vous d’avoir les autorisations requises.

Présentateur(trice) : Autrefois, la plupart des morts n’étaient pas exposés dans un salon funéraire. Avant de les mettre en terre, on veillait le corps plusieurs jours, c’est-à-dire qu’on l’exposait à la maison afin d’accompagner le défunt dans son ultime voyage. Le riche mari de Mme Chevrette est décédé et voilà que celle-ci a bien hâte de profiter de sa nouvelle liberté…

 

Scène 1 : Mme Chevrette veille son mari

Mme Chevrette est assise à côté de son mari. Elle tient un petit mouchoir sur ses yeux et elle pleurniche.

Mme Chevrette : Mon beau Gérard. Pourquoi es-tu parti si rapidement ? Ma vie sera vide sans toi. Jamais un autre homme ne pourra te remplacer.

Le téléphone sonne. Mme Chevrette se lève et va répondre.

Mme Chevrette qui devient tout à coup souriante: Henri, bonjour ! Ah ça va très bien ! Disons que dans les circonstances, ça va très bien... Si je suis occupée cet après-midi ? Mais je suis en train de veiller le corps de mon mari... Vous m’invitez au restaurant... Alors là, je ne sais pas. C'est un peu tôt... Vous avez raison, je peux sûrement trouver une solution. À 13h au Café des lilas, j'y serai. C'est bien. Au revoir Henri.

Mme Chevrette raccroche le téléphone.

Mme Chevrette : Ne t’inquiète pas Gérard, tu ne resteras pas seul. Je vais trouver quelqu’un pour te tenir compagnie.

 

Scène 2 : Corinne veille le mort

Tout d'un coup, on sonne à la porte.

Mme Chevrette : Ah ! Mais nous n’attendons personne. À cause de ta constante mauvaise humeur, nous n’avions aucun ami. Qui ça peut bien être ?

Mme Chevrette va répondre. Corinne apparaît. Elle est vêtue de l’uniforme du mouvement des scouts et guides.

Corinne : Bonjour Madame, je m'appelle Corinne et je fais partie des guides de la paroisse Saint-Joseph-du-Sacré-Coeur-Immatriculé de-la-Vierge et je vends des barres de chocolat pour financer mon camp d'été.

Mme Chevrette : Non merci, ma belle, je ne suis pas intéressée.

Corinne : À chaque barre que je vends, un don de 25 cents (ou autre devise) est versé aux enfants pauvres. De plus, si je vends mes 40 barres, je pourrai obtenir le badge « Bonne action ».

Mme Chevrette : Désolée. J’ai trop de soucis.

Corinne : Bonne journée Madame. Je vous souhaite de régler vos soucis.

Corinne se tourne pour partir. 

Mme Chevrette : Attends, tu pourrais peut-être m’aider.

Corinne : Les guides sont toujours prêtes à aider leur prochain.

Mme Chevrette : Si je t'achète une de tes barres, est-ce que tu accepterais de veiller le corps de mon mari ?

Corinne : Veiller le corps de votre mari ?

Mme Chevrette : Oui, je dois m’absenter et quelqu’un doit rester avec lui.

Corinne : C’est que… j’ai pas mal beaucoup peur des morts moi.

Mme Chevrette : Et si je t’achète cinq barres de chocolat ?

Corinne : Seulement cinq barres ! Mais, c'est que je dois les avoir toutes vendues avant la fin de l’après-midi pour obtenir mon badge.

Mme Chevrette : Très bien, alors je t'achète tes quarante barres si tu acceptes de veiller mon Gérard tout l'après-midi.

Corinne : Mes quarante barres. Cool ! Vous avez beaucoup d’argent Madame !

Mme Chevrette : Disons que mon mari avait de très bonnes assurances.

Corinne : Pourquoi il est mort votre mari ?

Mme Chevrette : Il est décédé d'une crise cardiaque. On l'a retrouvé couché sur son bureau.

Corinne : Qu'est-ce que je dois faire ?

Mme Chevrette : Tu t’assoies sur cette chaise.

Corinne : C'est tout ?

Mme Chevrette : Oui.

Corinne : Est-ce que vous me payez mes barres tout de suite ?

Mme Chevrette : Combien tu les vends ?

Corinne : Deux dollars (ou autre devise).

Mme Chevrette : Tiens, je te paie la moitié et le reste à mon retour.

Corinne : Est-ce que je vais pouvoir en manger une en attendant ?

Mme Chevrette : Mange toutes celles que tu veux. Le chocolat me fait engraisser. Je pars à l'instant. Sois sage et surtout ne touche à rien.

Corinne : Pas de problème Madame.

Mme Chevrette est sur le point de quitter.

Corinne : Merci madame, grâce à vous, je suis certain d’obtenir le badge « Bonne action ».

Mme Chevrette : C'est bien, au revoir !

Corinne est seule avec le mort. Elle reste un temps sans rien dire.

Corinne : C’est ennuyant et j'ai un peu peur moi. Colette, notre animatrice, nous dit toujours de chanter quand on a la frousse.

Corinne se met à chanter « Le joyeux promeneur » ou une autre chanson de camp d’été. 

Corinne : Par les sentiers, sous le ciel bleu, j’aime à me promener. Le sac au dos, le cœur joyeux, je me mets à chanter…

Le mort : Quand on veille un mort, on ne chante pas.

Corinne : Quoi ? Il me semble que j'ai entendu quelque chose. Ça doit être mon imagination. 

Elle tremble de tout son corps.

Corinne : Je vais continuer à chanter : Feu, feu, joli feu, ta chaleur nous réjouit. Feu, feu, joli feu, monte dans la nuit...

Le mort : Quand on veille un mort, on ne chante pas.

Corinne a de plus en plus peur. Elle crie.

Corinne : Mais, est-ce que le mort parle ? C’est impossible. Corinne, il faut que tu te calmes, prends de bonnes respirations. Pense à ton badge "Bonne action".

Corinne se remet à chanter.

Corinne : Ils ont rêvé de parcourir les mers, ils ont rêvé de courir les pays…

Le mort : Quand on veille un mort, on ne chante pas.

Corinne en criant: Je n'en peux plus. J’aurai mon badge une autre fois ! Aaaahhhhh !

Elle se sauve avec les barres de chocolat.

 

Scène 3 : Mme Ragaut veille le mort

Mme Chevrette revient.

Mme Chevrette : Quel agréable goûter avec Henri. Il veut m'amener au bal ce soir. Je dois donc aller faire les courses. (Elle regarde partout) Mais où est la petite ? Elle s’est poussée avec les barres et mon argent. Petite fripouille ! Elle m’a bien eue. En plus, il faut que je me trouve quelqu'un d'autre pour veiller mon Gérard.

À ce moment, on sonne à la porte. Mme Chevrette va répondre. C'est Mme Ragaut qui arrive.

Mme Chevrette : Ah ! Madame Ragaut. C’est vous !

Mme Ragaut : Ma pauvre Madame Chevrette, comme je vous plains. Je ne voudrais pas être à votre place. Je viens pour vous aider. Entre voisines, il faut s’entraider.

Mme Chevrette : Justement, vous tombez bien. Il faudrait que j’aille au marché. Je n'ai plus rien dans mon garde-manger. Je veille mon Gérard depuis hier.

Mme Ragaut : Allez faire vos courses, je vais veiller votre pauvre mari. Vous pouvez compter sur moi et ma discrétion, chère madame.

Mme Chevrette : Merci ! Je ne devrais pas être trop longue. Au revoir !

Mme Chevrette part.

Mme Ragaut : Prenez tout votre temps !

Aussitôt que madame Chevrette a quitté, Mme Ragaut, en bonne commère, regarde un peu partout pour espionner. Elle prend ensuite le téléphone et compose un numéro.

Mme Ragaut : Paulette, c'est Ginette, Ginette Ragaut. Devine où je suis ? Chez la mère Chevrette. T'avais raison, depuis que son mari est mort, elle mène la grande vie. Tout à l'heure, elle m’a dit qu’elle allait faire des courses au marché. J'ai vérifié dans son garde-manger et il est plein à craquer.

Le mort : Quand on veille un mort, on ne parle pas au téléphone.

Mme Ragaut qui se retourne : Il y a quelqu’un ?

Elle hausse les épaules.

Mme Ragaut : Ça doit être la radio.

Elle reprend la conversation.

Mme Ragaut : Elle m’a demandé de veiller son vieux grincheux de mari. Qu’est-ce qu’il était casse-pied ! C’est vrai, il était riche, mais aussi avare qu’un rat. On raconte qu'il a eu un malaise après avoir lu l’état de compte des dépenses de sa femme. Ah ! Ah !

Le mort : Quand on veille un mort, on ne parle pas au téléphone.

Mme Ragaut : Mais qu’est-ce que c’est ? Attends un peu.

Mme Ragaut va vers la radio et tourne quelques boutons. Elle décide de la débrancher.

Mme Ragaut : Désolée ! J’ai dû débrancher la radio. Je crois qu’elle s’emporte. Tu as raison. La mère Chevrette devrait être vêtue de noir et porter le deuil, mais au lieu de ça, elle joue la veuve joyeuse. Ah ! Mais son mari n’était pas mieux. Des rumeurs couraient à son propos… Ils auraient eu plusieurs jeunes maîtresses. 

Le mort sur un ton plus grave: Quand on veille un mort, on ne parle pas au téléphone.

Cette fois, Mme Ragaut a vu le mort s’exprimer. Elle ouvre la main et laisse tomber le téléphone.

Mme Ragaut : Un fantôme ! Les morts viennent me hanter ! Au secours !

Elle part en courant.

 

Scène 4 : Tante Imelda veille le mort

Mme Chevrette revient avec des sacs.

Mme Chevrette : Mme Ragaut ! Mme Ragaut ! Êtes-vous là ? (Elle regarde un peu partou). On ne peut jamais compter sur personne. Il va falloir que je trouve quelqu'un d’autre.

La sonnette retentit de nouveau. Mme Chevrette dépose ses sacs et va répondre. C'est Tante Imelda. Elle a une valise.

Mme Chevrette : Tante Imelda !

Tante Imelda : Bonjour ma belle Joséphine !

Mme Chevrette : Joséphine, c'est ma mère. Moi, c'est Catherine.

Tante Imelda : C'est ça, Joséphine !

Mme Chevrette : Non, moi, c'est Catherine !

Tante Imelda : Qu'est-ce que tu dis ?

Mme Chevrette : Ce n'est pas important. (Au public) Elle est sourde comme un pot.

Pour obtenir la fin de l'histoire, achetez ce texte

Droits d'auteur (FAQ)

Droits d'auteur (FAQ)

Qu'est-ce que le droit d'auteur ?
Le droit d'auteur garantit la protection des oeuvres littéraires, dramatiques, artistiques et musicales, des enregistrements sonores, des représentations d'une oeuvre en public et des télécommunications. Le droit d'auteur donne aux créatrices et créateurs le droit, devant la loi, d'être rémunérés pour leurs oeuvres et d'en contrôler l'utilisation.
Une fois que j'ai acheté un texte, est-ce que je peux l'utiliser à ma guise ?
Le fait d'acheter un texte sur le site de Animagination vous permet d'avoir accès à l'oeuvre intégrale que vous pouvez lire seul, en groupe ou encore travailler en classe ou en atelier. Mais le simple achat du texte ne vous donne pas l'autorisation de le jouer en public. Pour cela, il faut payer les droits de représentation.
Est-ce que je dois acheter les droits de représentation immédiatement ?
Vous pouvez revenir en tout temps sur le site de Animagination pour acquitter les droits de représentation. Il est préférable de le faire avant la tenue de l'activité ; la facture faisant office de preuve que vous détenez les droits de représentation. Cela dit, il n'est jamais trop tard pour payer les droits et ainsi régulariser votre situation.
Est-ce que les écoles doivent payer les droits de représentation ?
Si le texte est joué en classe ou devant un public exclusivement formé d'élèves, les écoles n'ont pas à payer les droits de représentation. Cependant, pour les représentations où les parents et amis sont invités, les droits de représentation s'appliquent.

Notez que les écoles du Québec bénéficient d'une entente entre l'AQAD (L'Association Québécoise des Auteurs Dramatiques) et le MELS (Ministère de l'Éducation, du Loisir et du Sport) qui défraie les droits de représentation devant un public de parents et d'amis. Il faut alors remplir un formulaire sur le site de l'AQAD
Est-ce que Animagination accepte de facturer les écoles du Québec ?
Oui, Animagination accepte de facturer les écoles du territoire de la province de Québec seulement. Il suffit alors de nous faire parvenir un courriel avec le titre de la pièce, le nom de la personne responsable, la ou les dates approximatives de représentation ainsi que l’adresse complète de l’école. Le délai de réponse est de 24 à 48 heures.
Est-ce que les troupes formées d'amateurs doivent payer les droits de représentation ?
Tout le monde doit payer le droit d'auteur. Les troupes formées d'amateurs ne sont pas exemptées, tout comme les organismes sans but lucratif. Même si le spectacle est présenté gratuitement, il faut payer les droits de représentation.
Est-ce que le droit d'auteur s'applique si nous jouons seulement un extrait ?
Les pièces doivent être présentées dans leur intégralité. Il faut une autorisation de l'auteur pour présenter un extrait et le droit d'auteur s'applique assurément.
Est-ce qu'on peut modifier un texte ?
Vous devez respecter l'intégrité du texte. Cependant, vous n'avez pas besoin d'autorisation pour les modifications suivantes : changement d'un nom de lieu, transformation d'un personnage féminin en masculin (ou vice versa), changement d'une expression qui n'est pas commune à l'endroit où la pièce est présentée. Aussitôt que vous transformez complètement une réplique, vous devez communiquer avec l'auteur.
Est-ce qu'on peut garder le texte dans nos archives ?
Il n'y a aucun problème à garder le texte dans vos archives. Cependant, s'il est présenté à nouveau, il faut acquitter les droits de représentation.
Est-ce que je peux publier le texte ou un extrait ?
Pour toutes publications, sous toute forme que ce soit, il faut contacter l'auteur ou ses représentants.
Est-ce qu'on peut retrouver les textes en librairie ?
Les textes sont seulement disponibles sur le site de Animagination.
Auteur

Luc Boulanger

Luc Boulanger auteurDétenteur d’un certificat de deuxième cycle en journalisme, c’est d’abord avec sa plume que Luc Boulanger s’est démarqué. Il a écrit une cinquantaine de pièces de théâtre qui sont diffusées dans internet et jouées partout sur la planète ; de Fermont au Kirghizistan, en passant par Singapour et Genève.

Il est cofondateur de la troupe de théâtre Animagination qui présente depuis plus de 25 ans des spectacles pour jeune public. En plus de concevoir les pièces, il est également comédien. La troupe se produit entre 50 et 100 fois par année au Québec et dans la francophonie canadienne. Animagination a eu la chance de travailler avec l’auteur Dominique Demers pour la conception et la présentation d’une pièce de théâtre mettant en vedette le personnage de Mademoiselle Charlotte.

En 1996, il a participé à la création du centre d’art La Chapelle, la salle de spectacles de son quartier dont il fut le premier coordonnateur durant trois ans. Il est resté un collaborateur actif du lieu et plusieurs de ses productions théâtrales sont présentées en primeur à La Chapelle.

Luc Boulanger a énormément travaillé comme animateur auprès des jeunes et des adultes. Il a notamment accompagné plusieurs groupes de voyageurs, visitant ainsi plus de 25 pays. Aujourd’hui, il agit davantage en tant que formateur en théâtre, en improvisation et en cinéma. Il fait partie de la liste de ressources du programme «Écrivains à l’école» subventionné par le ministère de l’Éducation. Une de ces expériences marquantes en tant que formateur est une série de trois séjours au Nunavik pour enseigner à de jeunes animateurs Inuits.

Grand amateur de cinéma, Luc réalise des films et des clips vidéo depuis qu’il a dix ans. Lors d’un voyage en Allemagne pour assister à une de ses pièces jouées en allemand, il a monté un reportage en utilisant seulement son iPhone. D’ailleurs, il est un passionné d’informatique, il connaît bien le langage HTML et explore constamment le logiciel Photoshop. Il conçoit la plupart des affiches de ses spectacles et adore la photographie de plein air. À l’occasion, il accepte des contrats de photos.

Membre de l’Union des Artistes (UDA) et président du conseil d’administration de l’Association québécoise des auteurs dramatiques (AQAD), Luc Boulanger est interpelé par les conditions socio-économiques de ses pairs. Il est ainsi un des fondateurs du Regroupement énergique des petites entreprises de théâtre (RÉPET) qui vise à valoriser le travail des artistes de théâtre qui s’autoproduisent.

En septembre 2013, Luc Boulanger a reçu une médaille de l’Assemblée nationale pour la diffusion de ses oeuvres et son implication dans son milieu.

Commentaires
Rédigez votre propre commentaire

Vous devez être enregistré pour rédiger un commentaire. Veuillez, vous identifier ou créer un compte utilisateur.