Le théâtre participatif

De Luc Boulanger
Style/Thème :
Un comédien raconte et met en scène une histoire en utilisant des spectateurs pour incarner des personnages.
Lieux :
Divers
Nombre de comédiens :
7
Durée :
20 minutes
Niveau :
Intermédiaire
Résumé :

Voilà une activité qui plait à tous les groupes d'âge et qui peut s'adapter à toutes les situations. Nous sommes à mi-chemin entre le théâtre et l'animation. Ce n'est pas de l'improvisation, car le scénario est déjà écrit, mais le comédien doit faire preuve de rapidité d'esprit pour s'ajuster aux réactions des participants.

Avec un minimum de matériel, quelque chose qui tient dans une valise, on peut captiver un public pendant vingt, trente ou quarante minutes. Pour que l'activité ait de l'impact, elle doit être bien préparée et bien structurée. Nous l'avons animée avec succès des centaines de fois. Profitez maintenant de cette expertise. Nous vous proposons un texte efficace et une série de trucs pour réussir votre activité.

Souvenez-vous que tout le monde rêve d'avoir son heure de gloire. Le théâtre participatif est une activité où les spectateurs deviennent les vedettes.

Extrait du texte plus bas

Availability: En stock

16,45 €
Au Canada, des taxes peuvent s’ajouter.

Vous pourrez télécharger le texte de la pièce de théâtre tout de suite après la transaction (en format PDF)

Nos pièces de théâtre ont été jouées au quatre coins de la francophonie. En savoir plus...

Pour toute information
Contactez-nous

Extrait du texte

Le théâtre participatif

par Luc Boulanger

IMPRIMER

La préparation

  • L'animateur doit être sûr de lui ou, du moins, en avoir l'air. Les participants vont se laisser facilement diriger par quelqu'un qui sait où il va. 
  • L'animateur connaît bien son histoire. Comme il a beaucoup d'éléments à gérer, il ne doit pas perdre de temps à chercher ses mots. Son esprit est disponible.
    Conseil : On peut avoir avec soi un aide-mémoire pour les premières fois, mais il faut éviter de trop s'y fier. 
  • La disposition des spectateurs doit être adéquate. Vous devez être bien vu et bien entendu.
    Conseil : À votre arrivée, si vous constatez que la disposition de la salle ou du public n'est pas à votre avantage, n'hésitez pas à effectuer des correctifs. 
  • Posez-vous la question à savoir si vous aurez besoin d'une sonorisation. Pour les petits groupes, il est agréable d'animer sans amplification, mais aussitôt qu'il risque d'y avoir des interférences sonores, il est préférable d'utiliser un micro. Dans ce cas, un micro sans fil que l'on peut manipuler aisément est idéal. On pourra ainsi se déplacer facilement et tendre le micro aux participants lorsqu'ils lancent leurs répliques.
    Conseil : Trop souvent, nous avons vu des activités bien préparées rater leur cible à cause d'une mauvaise sonorisation.
    Truc : Utilisez un assistant ou une personne du public qui aura le rôle de perchiste ou de « pied de micro ». 
  • Pour ce qui est du matériel, cette activité peut se faire sans aucun accessoire. Toutefois, des éléments de costumes comme des chapeaux, des perruques ou des capes, ajoutent une touche visuelle. De plus, cela aide à identifier les personnages. Le matériel utilisé ne doit par contre jamais être encombrant ni ralentir l'action.
    Truc : En mettant une perruque sur la tête d'une personne chauve, vous obtiendrez toujours une forte réaction. 

Autres éléments de la préparation (disponibles dans la version complète du texte)

  • Le principe 
  • Le prétexte 
  • Choisir les participants 
  • Jeux pour réchauffer le public 
  • Les participants difficiles 

Une partie du texte de théâtre participatif...

Ce texte est protégé par les lois sur le droit d’auteur. Avant de le reproduire (le photocopier), le présenter devant public ou le publier sur papier ou de façon électronique, assurez-vous d’avoir les autorisations requises. 

Scène 1 : Le méchant et sa servante

Metteur en scène : Je vais vous raconter une histoire qui se déroule sur une planète lointaine où règne un méchant empereur. Pour incarner cet empereur, j'ai besoin de quelqu'un qui a beaucoup de présence et qui peut avoir l'air méchant.

Metteur en scène au public : Est-ce que vous trouvez notre méchant à l'air assez méchant ?

Le public invariablement : Non !

Metteur en scène : Il faut essayer d'être plus méchant.

La personne qui incarne le méchant tente d'en rajouter.

Metteur en scène au public : Est-ce que vous trouvez que c'est suffisant ?

Le public : Non !

Metteur en scène : Je crois que nous allons t'aider. Tu vas nous faire un gros " Ah ! Ahhh! " de la manière la plus méchante possible et vous, le public, à chaque fois qu'il va faire son " Ah ! Ahhh! ", vous devrez trembler de peur et dire, tous ensemble " Ouh! ". C'est entendu ?

Le public : Oui !

Le metteur en scène demande au méchant de dire "Ah ! Ahhh! " à plusieurs reprises. Le public doit toujours répondre par "Ouh!".

Metteur en scène : Parfait ! Nous sommes maintenant prêts à commencer. Le jour se lève sur le château du méchant. Il est à sa fenêtre en train de faire sa gymnastique du matin.

Le méchant doit faire un peu de gymnastique.

Metteur en scène : Le méchant pousse alors son premier "Ah ! Ahhh! " de la journée.

Le méchant s'exécute et le public répond.

Metteur en scène : Le méchant dit alors

Méchant : Où est ma servante ? Je veux ma servante !

Le metteur en scène va se choisir une servante parmi les spectateurs. Il la coiffe d'un chapeau de servante.

Metteur en scène : La servante répond avec une petite voix tremblotante

Servante : Je suis là, maître !

Metteur en scène à la servante : Tes jambes doivent trembler car tu as très peur du méchant.

La servante répète en tremblant : Je suis là maître !

Méchant : C'est bien, j'aimerais connaître ce qui s'est passé dans mon royaume dernièrement ?

Servante : Oh maître ! J'ai de mauvaises nouvelles.

Méchant : Ah ! Ahhh!

Le public : Ouh!

Méchant : Quelles sont ces mauvaises nouvelles ?

Servante : Il y a votre fils qui a brisé sa bicyclette intergalactique en frappant un astéroïde.

Il est fort probable que la servante ait quelques difficultés à répéter cette réplique. Ce qui fera rigoler le public. Le metteur en scène l'aide en lui faisant répéter en deux segments.

Méchant : Pour le punir, qu'on le jette en prison.

Servante : Oh Maître ! Comme vous êtes méchant !

Méchant en se frottant la bedaine : Merci beaucoup !

Servante : J'ai une autre mauvaise nouvelle.

Méchant : Ah ! Ahhh!

Le public : Ouh!

Méchant : Quoi encore ?

Servante : Votre fille a été demandée en mariage.

Méchant : Il n'en est pas question. Enfermez-là dans la tour du donjon.

Servante : Oh Maître ! Comme vous êtes méchant !

Méchant en se frottant la bedaine : Merci beaucoup ! Maintenant, laissez-moi !

Servante : Très bien maître.

Le metteur en scène demande à la servante de rester en retrait. Elle va revenir pour le salut final.

Scène 2 : Le bon et la bonne

Metteur en scène : Il est temps de  faire connaissance avec les bons de l'histoire. Le méchant, en attendant, tu vas t'asseoir sur ton trône.

Le metteur en scène prend une chaise  et le méchant y prend place.

Metteur en scène : Pour être  certain que le méchant ne bouge pas, nous allons le mettre  sur " pause ". Je vais compter " Un, deux, trois  " et tout le monde va dire " pause ". À  partir de ce moment, il ne doit plus bouger.

Le méchant reste donc en retrait, immobilisé sur sa chaise.

Metteur en scène : Il y a un bon et  une bonne dans cette histoire. Je vais donc avoir besoin de deux personnes.

Le metteur en scène choisit deux personnes.  Il leur donne des accessoires ou des éléments de costume.  Le bon se place d’un côté du metteur en scène, la bonne, de l’autre.  Ils font bien sûr face au public.

Metteur en scène : Mesdames et messieurs, je vous présente le bon et la bonne de l’histoire.  Veuillez saluer le public.

Ils saluent le public qui répond par des applaudissements.

Metteur en scène : Le bon et la bonne marchaient gaiement.

Ils doivent donc marcher gaiement tout en restant sur place.

Metteur en scène : Tout à coup, le bon se met à sangloter.

Le bon sanglote.

La bonne : Mais, qu’est-ce qui ne va pas ?

Le bon : C’est à cause du méchant.

La bonne : Encore lui, qu’a-t-il fait ?

Le bon : Il ne veut pas que je marie sa fille.  Il l’a enfermé dans un donjon.

La bonne : Il faut aller la délivrer.

Le bon de façon mélodramatique : Mais, je ne sais pas comment.  Ah !  Comme j’ai de la peine !

Metteur en scène : Alors, la bonne a une idée.  Une petite ampoule apparaît au-dessus de sa tête.  Je vais dire « Un, deux, trois » et tout le monde va répondre « Tinc » qui est le bruit de l’ampoule qui s’allume.

La bonne : J’ai une idée, allons voir la sorcière, elle pourra sûrement nous aider.

Metteur en scène : Le bon et la bonne courent jusqu’à la maison de la sorcière.

Le bon et la bonne courent sur place.

Pour obtenir les trois autres scènes et le reste des instructions, acheter ce texte

Droits d'auteur (FAQ)

Droits d'auteur (FAQ)

Qu'est-ce que le droit d'auteur ?
Le droit d'auteur garantit la protection des oeuvres littéraires, dramatiques, artistiques et musicales, des enregistrements sonores, des représentations d'une oeuvre en public et des télécommunications. Le droit d'auteur donne aux créatrices et créateurs le droit, devant la loi, d'être rémunérés pour leurs oeuvres et d'en contrôler l'utilisation.
Une fois que j'ai acheté un texte, est-ce que je peux l'utiliser à ma guise ?
Le fait d'acheter un texte sur le site de Animagination vous permet d'avoir accès à l'oeuvre intégrale que vous pouvez lire seul, en groupe ou encore travailler en classe ou en atelier. Mais le simple achat du texte ne vous donne pas l'autorisation de le jouer en public. Pour cela, il faut payer les droits de représentation.
Est-ce que je dois acheter les droits de représentation immédiatement ?
Vous pouvez revenir en tout temps sur le site de Animagination pour acquitter les droits de représentation. Il est préférable de le faire avant la tenue de l'activité ; la facture faisant office de preuve que vous détenez les droits de représentation. Cela dit, il n'est jamais trop tard pour payer les droits et ainsi régulariser votre situation.
Est-ce que les écoles doivent payer les droits de représentation ?
Si le texte est joué en classe ou devant un public exclusivement formé d'élèves, les écoles n'ont pas à payer les droits de représentation. Cependant, pour les représentations où les parents et amis sont invités, les droits de représentation s'appliquent.

Notez que les écoles du Québec bénéficient d'une entente entre l'AQAD (L'Association Québécoise des Auteurs Dramatiques) et le MELS (Ministère de l'Éducation, du Loisir et du Sport) qui défraie les droits de représentation devant un public de parents et d'amis. Il faut alors remplir un formulaire sur le site de l'AQAD
Est-ce que Animagination accepte de facturer les écoles du Québec ?
Oui, Animagination accepte de facturer les écoles du territoire de la province de Québec seulement. Il suffit alors de nous faire parvenir un courriel avec le titre de la pièce, le nom de la personne responsable, la ou les dates approximatives de représentation ainsi que l’adresse complète de l’école. Le délai de réponse est de 24 à 48 heures.
Est-ce que les troupes formées d'amateurs doivent payer les droits de représentation ?
Tout le monde doit payer le droit d'auteur. Les troupes formées d'amateurs ne sont pas exemptées, tout comme les organismes sans but lucratif. Même si le spectacle est présenté gratuitement, il faut payer les droits de représentation.
Est-ce que le droit d'auteur s'applique si nous jouons seulement un extrait ?
Les pièces doivent être présentées dans leur intégralité. Il faut une autorisation de l'auteur pour présenter un extrait et le droit d'auteur s'applique assurément.
Est-ce qu'on peut modifier un texte ?
Vous devez respecter l'intégrité du texte. Cependant, vous n'avez pas besoin d'autorisation pour les modifications suivantes : changement d'un nom de lieu, transformation d'un personnage féminin en masculin (ou vice versa), changement d'une expression qui n'est pas commune à l'endroit où la pièce est présentée. Aussitôt que vous transformez complètement une réplique, vous devez communiquer avec l'auteur.
Est-ce qu'on peut garder le texte dans nos archives ?
Il n'y a aucun problème à garder le texte dans vos archives. Cependant, s'il est présenté à nouveau, il faut acquitter les droits de représentation.
Est-ce que je peux publier le texte ou un extrait ?
Pour toutes publications, sous toute forme que ce soit, il faut contacter l'auteur ou ses représentants.
Est-ce qu'on peut retrouver les textes en librairie ?
Les textes sont seulement disponibles sur le site de Animagination.
Auteur

Luc Boulanger

Luc Boulanger auteurDétenteur d’un certificat de deuxième cycle en journalisme, c’est d’abord avec sa plume que Luc Boulanger s’est démarqué. Il a écrit une cinquantaine de pièces de théâtre qui sont diffusées dans internet et jouées partout sur la planète ; de Fermont au Kirghizistan, en passant par Singapour et Genève.

Il est cofondateur de la troupe de théâtre Animagination qui présente depuis plus de 25 ans des spectacles pour jeune public. En plus de concevoir les pièces, il est également comédien. La troupe se produit entre 50 et 100 fois par année au Québec et dans la francophonie canadienne. Animagination a eu la chance de travailler avec l’auteur Dominique Demers pour la conception et la présentation d’une pièce de théâtre mettant en vedette le personnage de Mademoiselle Charlotte.

En 1996, il a participé à la création du centre d’art La Chapelle, la salle de spectacles de son quartier dont il fut le premier coordonnateur durant trois ans. Il est resté un collaborateur actif du lieu et plusieurs de ses productions théâtrales sont présentées en primeur à La Chapelle.

Luc Boulanger a énormément travaillé comme animateur auprès des jeunes et des adultes. Il a notamment accompagné plusieurs groupes de voyageurs, visitant ainsi plus de 25 pays. Aujourd’hui, il agit davantage en tant que formateur en théâtre, en improvisation et en cinéma. Il fait partie de la liste de ressources du programme «Écrivains à l’école» subventionné par le ministère de l’Éducation. Une de ces expériences marquantes en tant que formateur est une série de trois séjours au Nunavik pour enseigner à de jeunes animateurs Inuits.

Grand amateur de cinéma, Luc réalise des films et des clips vidéo depuis qu’il a dix ans. Lors d’un voyage en Allemagne pour assister à une de ses pièces jouées en allemand, il a monté un reportage en utilisant seulement son iPhone. D’ailleurs, il est un passionné d’informatique, il connaît bien le langage HTML et explore constamment le logiciel Photoshop. Il conçoit la plupart des affiches de ses spectacles et adore la photographie de plein air. À l’occasion, il accepte des contrats de photos.

Membre de l’Union des Artistes (UDA) et président du conseil d’administration de l’Association québécoise des auteurs dramatiques (AQAD), Luc Boulanger est interpelé par les conditions socio-économiques de ses pairs. Il est ainsi un des fondateurs du Regroupement énergique des petites entreprises de théâtre (RÉPET) qui vise à valoriser le travail des artistes de théâtre qui s’autoproduisent.

En septembre 2013, Luc Boulanger a reçu une médaille de l’Assemblée nationale pour la diffusion de ses oeuvres et son implication dans son milieu.

Commentaires
Rédigez votre propre commentaire

Vous devez être enregistré pour rédiger un commentaire. Veuillez, vous identifier ou créer un compte utilisateur.