Zap, l'extraterrestre

De Luc Boulanger
Style/Thème :
Seul sur sa planète, un extra-terrestre vient sur terre pour connaître le bonheur.
Lieux :
La devanture d’une maison avec deux fenêtres
Nombre de comédiens :
3
Durée :
45 minutes
Niveau :
Intermédiaire
Résumé :

Zap est un extraterrestre qui vit seul sur sa planète. Il vient sur la Terre pour savoir ce qu'est le bonheur. Il a dans ses babages une télécommande qui lui permet de contrôler les gens. L'avare M. Scrounch prend possession de la télécommande et l'utilise à mauvais escient. Avec la complicité de Mme Chose, pour qui la vie est une fête, Zap va retrouver sa télécommande et comprendre que le bonheur, c'est d'avoir des amis, des gens autour de nous qui nous aiment. Ce spectacle a tourné au Québec durant une vingtaine d'années. Il s'adresse à des enfants de 5 à 10 ans. Le texte a été conçu pour être joué par des professionnel à des enfants, mais sa structure est simple et efficace ; les amateurs pourront facilement s'y retrouver.

Extrait du texte plus bas

Availability: En stock

32,90 €
Au Canada, des taxes peuvent s’ajouter.

Vous pourrez télécharger le texte de la pièce de théâtre tout de suite après la transaction (en format PDF)

Nos pièces de théâtre ont été jouées au quatre coins de la francophonie. En savoir plus...

Pour toute information
Contactez-nous

Extrait du texte

Zap, l'extraterrestre

par Luc Boulanger


IMPRIMER

Voici un texte interactif pour jeune public, c'est-à-dire qu'il doit être joué par des adultes ou des ados pour des jeunes de 5 à 10 ans.

Les personnages
Zap
M. Scrounch
Mme Chose

Décors
La maison de M. Scrounch : en briques, froide, sans fioriture. Munie d’une antenne satellite.
La maison de Mme Chose : en bois, accueillante, colorée.
Silhouette de la ville.

Ce texte est protégé par les lois sur le droit d’auteur. Avant de le reproduire (le photocopier), le présenter devant public ou le publier sur papier ou de façon électronique, assurez-vous d’avoir les autorisations requises

Scène 1 : L'arrivée de Zap

Montage sonore qui suppose la téléportation de Zap.

Zap arrive en scène.

Bruits de pas.

Zap s'étire.

Bruits de grincement.

Zap prend conscience de l'environnement qui l'entoure. M. Scrounch regarde par la fenêtre.

Bruits de ville, d'oiseau, d'avion...

Zap mange une mouche qui passe.

Bruit du vol d'une mouche.

M. Scrounch sort de sa maison pour vérifier son antenne satellite.

M. Scrounch : Voyons, qu'est-ce qui va pas là-dedans ?

Il se tourne vers Zap.

M. Scrounch : Aie, le jeune. Est-ce que c'est toi qui a touché à mon antenne de télé ?

Zap ne comprend pas. M. Scrounch s'avance vers lui.

M. Scrounch : Je veux savoir si c'est toi qui a touché à mon antenne de télé ?

Pour toute réponse, Zap lui pince le nez.

Bruit de klaxon.

M. Scrounch : Touche-moi pas, j'aime pas ça.

Zap prend une de ses télécommandes. Il se zappe. Il parle une langue extra-terrestre. Il se zappe plusieurs fois pour parler plusieurs langues : Allemand, Russe, Chinois. Puis il tombe finalement sur le Français.

Zap : Vous parlez Français ?

M. Scrounch : Oui.

Zap : Enfin, j'ai trouvé le bon poste. Je m'appelle Zap.

Zap veut encore lui pincer le nez. M. Scrounch l'arrête.

M. Scrounch : Fais pas ça. Tu t'appelles Zap ?

M. Scrounch se met à rigoler.

M. Scrounch : Zap, je connais personne qui s'appelle Zap.

Zap : Et vous ?

M. Scrounch en lui tendant la main : Moi, c'est M. Scrounch.

Zap : Je connais personne qui s'appelle Scrounch.

Zap regarde la main tendue sans rien faire. À ce moment, Mme Chose sort de sa maison. Elle se dirige vers M. Scrounch.

Mme Chose : Qu'est-ce qui se passe ? Ma télé ne fonctionne plus.

M. Scrounch : Vous, mêlez-vous pas de ça. C'est moi le propriétaire, je vais m'occuper de ça. 

Mme Chose : Ah oui ! Vous faites tellement bien ça.

Elle lui touche le bras.

M. Scrounch : Touchez-moi pas, j'ai dit. Sont-tu tannants. Retournez chez vous. J'ai la situation bien en main.

Mme Chose : Une chance que vous êtes là. J'ai pas raison de m'inquiéter. Je retourne à ma cuisine.

M. Scrounch : C'est ça.

Elle retourne dans sa maison. M. Scrounch se retourne vers Zap.


M. Scrounch : Où est-ce que tu t'en vas habillé de même. C'est pas le temps de l'Halloween, c'est le temps des fêtes.

Zap : Je ne comprends pas. Je viens de très loin dans le ciel.

M. Scrounch en se moquant : Oh, un envoyé de Dieu.

Zap : J'habite la planète Catodik.

M. Scrounch : Un extra-terrestre, ben voyons donc. Que la force sois avec toi !

Zap : Est-ce que vous vous moquez de moi ?

M. Scrounch en lui donnant une grosse claque dans le dos : Ben non, je ris avec toi.

Zap : Drôle de manière de recevoir les étrangers.

M. Scrounch : Si t'es un extra-terrestre, est où ta soucoupe volante ?

Zap : Je n'ai pas de soucoupe volante, je suis venu par la voie des ondes. J'ai plongé dans une immense antenne parabolique pour me transporter jusqu'ici sous forme de micro-ondes. Mon arrivée a perturbé votre antenne. Mais tout devrait être revenu à la normale.

M. Scrounch : T'essaie de me faire croire que tu t'es téléporté sur la terre comme dans Star Trek. Je pense que t'écoute trop la télé.

Zap : C'est vrai que j'écoute trop la télé. Sur ma planète, je suis tout seul avec des machines, des robots et des immenses télés. J'ai vu dans vos émissions qu'il y avait quelque chose de spécial sur la terre, quelque chose qui rend la vie plus facile.

M. Scrounch : Des Wal-Mart.

Zap : Non, le bonheur.

M. Scrounch : Le bonheur ?

Zap : Oui, j'ignore ce que c'est. Est-ce que vous en avez vous du bonheur ?

M. Scrounch : Vous tombez bien, parce que du bonheur, j'en ai tout plein.

Zap : Ah oui !

M. Scrounch : Le bonheur, c'est l'argent. Plus que t'as de bonheur, plus que t'as d'argent.

Zap un peu surpris : Ah bon ! J'ai aussi plein d'autres questions à vous poser.
M. Scrounch : J'ai pu le temps. Là, il faut que j'aille déposer mon bonheur à la banque avant que ça ferme.

Zap : Mais attendez.

M. Scrounch embarque dans sa voiture (mime).

Bruit de porte de voiture, de démarrage.

Zap, intrigué, se place devant la voiture.

M. Scrounch : Tasse-toi de là, si tu veux pas te faire écraser.

Zap esquive la voiture alors que M. Scrounch quitte. Pendant un certain temps, Zap regarde la voiture s'en aller au loin


Scène 2 : Zap et Mme Chose

Mme Chose en voix off : Monsieur Brochu, pourriez-vous me mettre ces cadeaux-là de côté ? J'ai pas assez de mes deux mains pour tout apporter en même temps. Je vais revenir les chercher plus tard. Merci, vous êtes un amour.

Zap se met en retrait pour observer Mme Chose. Celle-ci arrive les bras chargés de cadeaux.

Mme Chose : Anna, Joseph, Sébastien, Henri, Georges, Michel, Ernestine, Célestine, Bertrand, Ginette... Ça y est, ma liste est complète. Je suis en train de préparer une réception qui va avoir lieu chez moi ce soir. Je me sens tellement seule dans mon petit logement que j'ai le goût de voir du monde, de m'amuser, de faire la fête. Pour attirer mes invités, je leur ai acheté chacun un p'tit cadeau, ça fonctionne à tout coup. Et puis, j'ai préparé un de ces grands repas digne du temps des fêtes. J'ai fait cuire une belle grosse dinde et un bon rôti de porc que je vais servir avec du pâté à la viande, de la salade de choux, des hors-d'oeuvre, des trempettes, des gâteaux, du sucre à la crème, des beignes, des tartes, des ... Ah, mes tartes! Elles sont encore dans le four. Si je ne vais pas les sortir tout de suite, elles vont toutes calcinées et ma réception va être gâchée.

Zap se dirige vers Mme Chose pour entrer en contact avec elle. Mais celle-ci se retourne brusquement pour partir. Ce qui provoque une collision. Les cadeaux de Mme Chose tombent par terre.

Mme Chose : Excusez-moi monsieur, je ne vous avais vraiment pas vu. Pourtant, vous êtes pas difficile à manquer. Et tous mes cadeaux qui sont par terre. 

Zap : Comment appelez-vous ces objets ?

Mme Chose : J'espère qu'il y en a aucun de brisé.

Zap : Je suis désolé, je vais vous aider à les ramasser.

Mme Chose : Oh la montre de grand-oncle Édouard. Heureusement, elle fonctionne encore. Je lui ai acheté une belle montre, lui qui est toujours en retard. J'espère qu'il ne sera pas trop insulté.

Zap : Mais, à quoi servent ces cadeaux ?

Mme Chose qui se penche pour ramasser un autre cadeau : La bouteille de parfum de ma cousine Léontine. Chère Léontine, elle est toujours en train de se pomponner.

Zap : Je suis curieux et je ne comprends toujours pas.

Mme Chose : Mais, il me manque un cadeau!

Zap : Ah bon !

Mme Chose : Mais il me manque un cadeau!

Zap hausse les épaules en signe d'impuissance.


Mme Chose : Et savez-vous pour qui il est ?

Zap : Je ne sais pas.

Mme Chose : C'est pour un amoureux... que j'attends encore.

Mme Chose se retourne vers le public.

Mme Chose : Ah mon prince charmant ! Toi qui est à la fois si près et si loin de moi. Quand viendras-tu me chercher pour m'amener dans ton royaume. Je rêve du jour où nous partirons ensemble, seuls tous les deux, sur un grand voilier pour faire le tour du monde. Nous regarderons droit devant nous et nous serons unis pour la vie. Mais tout cela n'est qu'un beau rêve. Si seulement...

Mme Chose soupire. Zap soupire à son tour. Il s'approche d'elle et lui tape sur l'épaule pour lui poser une question.

Zap : Madame !

Mme Chose ne réagit pas.

Zap : Madame !

Mme Chose est toujours dans ses pensées.

Zap un peu plus fort : Madame ! J'ai des questions à vous poser.

Les deux prochaines répliques sont dites en même temps.

Mme Chose qui sort de sa torpeur : J'ai vraiment pas le temps mes tartes sont encore dans le four et j'ai pas terminé de préparer ma réception. Je dois absolument y aller tout de suite parce que j'ai beaucoup de pain sur la planche. Au revoir !

Zap : C'est que je viens de très loin dans le ciel et je suis tout seul sur ma planète et je m'ennuie. J'ai entendu dire que sur la terre, il y avait du bonheur. Alors, je voudrais savoir si vous en avez entendu parler. Ça ne sera pas long, je voudrais juste échanger avec vous.

Zap suit Mme Chose jusqu'à la porte de sa maison. Alors M. Scrounch revient en voiture (effet sonore). Il débarque de sa voiture et se dirige vers sa maison. Zap va à sa rencontre.

Zap : M. Scrounch, vous êtes revenu.

M. Scrounch : T'es encore là toi ?

Zap : C'est que je ne trouve personne pour répondre à mes questions.

M. Scrounch : Je t'avais pas demandé de débarrasser la place, toi ?

Zap : Non.

M. Scrounch : Mais, là, je te le demande.

Zap : C'est que je n'ai pas trouvé le bonheur.

M. Scrounch : Ah ! T'es fatiguant avec ton bonheur. Laisse-moi tranquille, il faut que j'aille compter mon argent.

M. Scrounch entre dans sa maison.

Zap : Est-ce que tous les Terriens sont pressés comme ça ? Toujours quelque chose d'urgent à faire. On s'en va par ci, on passe par là et on a pas le temps de s'arrêter pour parler aux gens. Vous savez, je viens de très loin, de la planète Katodik. Sur ma planète, je m'ennuie, même si j'ai tout ce que je veux : des télés, des jouets, des jeux vidéos, des machines. Il y en a partout. J'ai des centaines de robots que je peux contrôler avec mes super-télécommandes. Ils peuvent tondre le gazon, me faire des spectacles ou cuisiner. Mais j'y pense, peut-être que mes super-télécommandes fonctionnent sur les humains. S'ils refusent encore de répondre à mes questions, je vais les essayer sur eux. Oui, c'est ce que je vais faire.

Mme Chose qui revient : Il faut que je retourne à la boutique pour aller chercher les cadeaux que j'ai mis de côté.

Zap : Excusez-moi, voulez-vous vous arrêter quelques instants pour répondre à mes questions.

Mme Chose : Plus tard, plus tard peut-être mon grand. Pour l'instant, j'ai vraiment pas le temps. Je suis vraiment très pressé. J'ai pas terminé de préparer ma réception. J'ai beaucoup de travail …

Zap en appuyant sur sa télécommande : Pause !

Mme Chose s'immobilise. De sa fenêtre, M. Scrounch observe la scène.

Zap : Retournez vous.

Mme Chose se retourne vers Zap.

Zap vers le public : Ça l'air de fonctionner.

Zap rigole un peu.

Zap en pesant sur un bouton de la télécommande : Avancez vers moi.

Mme Chose avance vers Zap et fonce pratiquement sur lui.

Zap en pesant sur un bouton : Arrêtez ! Quel est votre nom.

Mme Chose mécaniquement : Mme Chose.

Zap au public : Mme Chose ? Ils ont des drôles de noms sur cette planète. 

Zap retourne son attention vers Mme Chose.

Zap en pesant sur un bouton : Et bien Mme Chose! Vous allez me faire le plaisir de m'expliquer ce qu'est le bonheur.

Mme Chose : Le bonheur, c'est s'amuser et organiser des grandes fêtes où on se donne des becs et des cadeaux.

Zap en pesant sur un bouton : Des becs ? Des cadeaux ? Qu'est-ce que c'est ?

Mme Chose s'avance vers Zap pour lui donner un bec sur la joue. Zap est surpris.

Mme Chose : Ceci était un bec. Un cadeau est un objet que l'on donne à quelqu'un pour une occasion spéciale.

Zap en pesant sur un bouton : Le bonheur, est-ce que c'est rien que ça ?

Mme Chose : Oui.

Zap : Ah bon, je m'attendais à plus. Si vous n'avez plus rien à ajouter, je vais vous déprogrammer. Dé-pause !

Zap se cache.

Mme Chose : Je suis tellement fatiguée que je ne sais plus ce que je fais. Ah ! Mais oui, bien sûr, je courais vers le magasin.

Mme Chose part vers la ville. Zap revient.

Zap : M. Scrounch m'a dit que le bonheur, c'est l'argent, Mme Chose me dit que c'est s'amuser, faire la fête, se donner des becs et des cadeaux. Je ne suis pas satisfait, il semble qu'il manque quelque chose. Je sais ce que je vais faire, je vais continuer à parcourir la Terre, je vais interroger d'autres humains et s'ils refusent de me répondre, j'utilise ma super-télécommande.

Zap quitte.


Scène 4 : M. Scrounch fait part de ses plans aux enfants.

M. Scrounch : Avez-vous vu ce que j'ai vu ? Une télécommande qui contrôle les gens. C'est fantastique. Imaginez tout ce que je pourrais faire avec une télécommande pareille. Je pourrais l'ouvrir, regarder comment elle fonctionne, en fabriquer d'autres, en vendre pis devenir riche. Non, mieux que ça. Je vais y voler sa télécommande pour l'utiliser sur vous autres pis vous prendre votre argent de poche. Ah ! Ah ! Ah ! C'est ça que je vais faire.

Si un enfant dit qu'il n'a même pas d'argent, M. Scrounch répond que c'est pas grave, que les parents en ont et qu'il y a plein de gens riches sur la Terre.

M. Scrounch en quittant : Que je suis méchant ! Ah ! Ah ! Ah !


Scène 5 : Zap discute du bonheur avec les enfants.

Zap arrive en suivant un insecte.

Bruit de mouche qui vole.

Zap avale la mouche.

Zap : Vous avez de très bons insectes sur votre planète, je dirais même des insectes succulents.

Le public a souvent une réaction de dégoût.

Zap : Quoi ? Vous n'aimez pas les insectes. Non, mais qu'est-ce que vous mangez si vous n'aimez pas les insectes ?

Zap recueille quelques réponses des enfants.


Zap : Vous ne mangez même pas de petites abeilles ? C'est bon, ça laisse un petit goût piquant sur la langue. Mais, ce n'est pas grave, nous avons des habitudes différentes, mais on peut se parler quand même. Je suis déjà allé sur d'autres planètes et j'ai rencontré des extra-terrestres qui mangeaient des planches de bois, d'autres qui se nourrissaient uniquement de bonbons. Vous savez, je me suis promené et j'ai posé des questions et je n'ai pas trouvé le bonheur. Quelqu'un m'a dit « Le bonheur, c'est pas le titre d'une chanson ? », un autre m'a répondu « À tous les soirs, moi, je me couche de bonheur ». Puis, j'ai rencontré un vieux monsieur assis sur un banc de parc. Il avait l'air tout triste, je lui ai demandé s'il avait trouvé le bonheur. Il a dit « Moi, le bonheur, je l'ai perdu ». Alors, j'ai regardé sous le banc pour voir s'il n'avait pas échappé le bonheur par terre. Je n'ai rien vu. Mais, vous, est-ce que vous l'avez trouvé le bonheur ?

Discussion avec le public où Zap demande où est le bonheur ? Il est dans notre coeur. Comment on fait pour avoir du bonheur dans notre coeur ? L'astuce est d'aller au-delà de l'idée que le bonheur, c'est de l'argent, s'amuser ou faire la fête. Le bonheur, c'est avoir de la famille, des amis, des gens qui nous aiment autour de nous. La plupart des enfants savent ça, sinon les adultes pourront venir à la rescousse de Zap.

Zap : Si je comprends bien, le bonheur, c'est d'avoir de la famille, des amis, des gens qui nous aiment. Mais qui pourraient être mes amis ? Vous ! Que je suis content. Je ne suis pas venu sur la Terre pour rien. Et pour vous remercier, je veux partager quelque chose avec vous. Je vais vous chanter un chanson extra-terrestre que vous pourrez répétez après moi. C'est une chanson que je chante le soir avant de me coucher : 

Oh a la ya
A la ya ti ki tam ba
Oh masa masa masa
Oh alléé alléa alléa léé

Zap : Je sens déjà le bonheur qui coule dans mes veines. On reprend la chanson.

Zap recommence à chanter, mais après la deuxième phrase, M. Scrounch arrive par derrière avec une poêle en métal pour assommer Zap. Mais, celui-ci, averti par les enfants, se retourne à temps. M. Scrounch prend alors sa poêle pour jouer de la guitare. Naïf, Zap continue à chanter sa chanson et M. Scrounch essaie à plusieurs reprises de le frapper, sans succès car les enfants veillent au grain. À chaque fois qu'il est surpris par Zap, M. Scrounch trouve une nouvelle utilité à sa poêle : suçon, raquette de ping pong, violon... Finalement, Zap arrête M. Scrounch au beau milieu d'une dernière tentative.

Zap : M. Scrounch, que faites-vous ?

M. Scrounch : Ehhh !

Zap : Écoutez, j'ai quelque chose d'important à vous dire. Le bonheur, ce n'est pas l'argent. Le bonheur, c'est avoir des amis, des gens autour de soi. Je suis tellement content. J'ai goût de vous faire un cadeau, de partager avec vous. Je vous ai entendu dire que vous vouliez une de mes super-télécommandes, alors je vous en donne. Je suis tellement heureux. Vive le bonheur ! Vive la Terre! Vive les gens de(l'endroit où nous sommes) !

Guilleret et exalté, Zap quitte.

M. Scrounch : Il est complètement viré sur le top. Il m'a donné sa télécommande et j'ai même pas eu besoin de l'assommer. Mais vous autres, qu'est-ce que vous lui avez dit. Vous lui avez fait croire que le bonheur, c'est d'avoir des amis, des gens autour de nous. Ben voyons donc, vous savez comme moi que le bonheur, c'est d'avoir de l'argent. 

Les enfants réagissent négativement aux propos de M. Scrounch.


M. Scrounch : Certain, répétez après moi « Le bonheur, c'est l'argent ».

La plupart du temps, les enfants ne répètent pas. (Si jamais ils répètent, M. Scrounch repart content).

M. Scrounch : Non, là vous ne comprenez pas. Quand je dis de répéter après moi, il faut répéter : « Le bonheur, c'est l'argent ».

Parfois même, les enfants scandent « Le bonheur, c'est pas l'argent ».


M. Scrounch : J'ai dit « Le bonheur, c'est l'argent ». Ah, vous comprendrez bien un jour.

M. Scrounch quitte en chantant « L'argent fait le bonheur ».


Extrait de la chanson des « Respectables ».


Scène 6 : M. Scrounch mélange les cadeaux de Mme Chose.

Mme Chose : J'aurais jamais le temps d'emballer tous mes cadeaux avant ce soir. Il faudrait que je demande à quelqu'un de m'aider.

Souvent des enfants se proposent pour aider Mme Chose.


M. Scrounch : Tiens, vla Mme Chose qui est toujours en train de dépenser son argent pour faire des cadeaux. Je vais tester la télécommande sur elle.

M. Scrounch en actionnant la télécommande : Pause !

Mme Chose fige.

M. Scrounch : Ça fonctionne. Dé-pause !

M. Scrounch actionne de nouveau la télécommande et Mme Chose se remet à parler exactement comme s'il n'y avait pas eu d'interruption.

Mme Chose : Toi, tu veux m'aider. À moins que je demande à ma petite voisine. Elle est très serviable. Je suis certaine qu'elle va me dire oui.

M. Scrounch : Pause ! Dé-pause ! Re-pause !

M. Scrounch joue à ce p'tit jeu quelques instants.

M. Scrounch : C'est super ! Je vais m'amuser comme un p'tit fou avec cette télécommande-là. Je vais pouvoir prendre tout l'argent que je veux pis jouer plein de mauvais tours. Ah ! Ah ! Je vais commencer avec Mme Chose. Qu'est-ce que je pourrais ben faire ? Je sais, je vais tout mélanger ces boîtes de cadeaux comme ça les gens vont recevoir les mauvais cadeaux. Ça va être drôle.

M. Scrounch mélange quelques cadeaux et les replace dans les bras de Mme Chose.

M. Scrounch : Maintenant dé-pause !

M. Scrounch quitte en rigolant.

Mme Chose : Ben voyons. Qu'est-ce qui m'arrive ? J'ai l'impression d'en perdre des bouts. Je dois être trop stressée. La vie est complètement folle. On a toujours trop de choses à faire. Bon, où est-ce que j'allais, moi ? J'allais chez ma p'tite voisine.

Mme Chose quitte.

Pour vous procurer la deuxième partie de la pièce, acheter ce texte


IMPRIMER

Droits d'auteur (FAQ)

Droits d'auteur (FAQ)

Qu'est-ce que le droit d'auteur ?
Le droit d'auteur garantit la protection des oeuvres littéraires, dramatiques, artistiques et musicales, des enregistrements sonores, des représentations d'une oeuvre en public et des télécommunications. Le droit d'auteur donne aux créatrices et créateurs le droit, devant la loi, d'être rémunérés pour leurs oeuvres et d'en contrôler l'utilisation.
Une fois que j'ai acheté un texte, est-ce que je peux l'utiliser à ma guise ?
Le fait d'acheter un texte sur le site de Animagination vous permet d'avoir accès à l'oeuvre intégrale que vous pouvez lire seul, en groupe ou encore travailler en classe ou en atelier. Mais le simple achat du texte ne vous donne pas l'autorisation de le jouer en public. Pour cela, il faut payer les droits de représentation.
Est-ce que je dois acheter les droits de représentation immédiatement ?
Vous pouvez revenir en tout temps sur le site de Animagination pour acquitter les droits de représentation. Il est préférable de le faire avant la tenue de l'activité ; la facture faisant office de preuve que vous détenez les droits de représentation. Cela dit, il n'est jamais trop tard pour payer les droits et ainsi régulariser votre situation.
Est-ce que les écoles doivent payer les droits de représentation ?
Si le texte est joué en classe ou devant un public exclusivement formé d'élèves, les écoles n'ont pas à payer les droits de représentation. Cependant, pour les représentations où les parents et amis sont invités, les droits de représentation s'appliquent.

Notez que les écoles du Québec bénéficient d'une entente entre l'AQAD (L'Association Québécoise des Auteurs Dramatiques) et le MELS (Ministère de l'Éducation, du Loisir et du Sport) qui défraie les droits de représentation devant un public de parents et d'amis. Il faut alors remplir un formulaire sur le site de l'AQAD
Est-ce que Animagination accepte de facturer les écoles du Québec ?
Oui, Animagination accepte de facturer les écoles du territoire de la province de Québec seulement. Il suffit alors de nous faire parvenir un courriel avec le titre de la pièce, le nom de la personne responsable, la ou les dates approximatives de représentation ainsi que l’adresse complète de l’école. Le délai de réponse est de 24 à 48 heures.
Est-ce que les troupes formées d'amateurs doivent payer les droits de représentation ?
Tout le monde doit payer le droit d'auteur. Les troupes formées d'amateurs ne sont pas exemptées, tout comme les organismes sans but lucratif. Même si le spectacle est présenté gratuitement, il faut payer les droits de représentation.
Est-ce que le droit d'auteur s'applique si nous jouons seulement un extrait ?
Les pièces doivent être présentées dans leur intégralité. Il faut une autorisation de l'auteur pour présenter un extrait et le droit d'auteur s'applique assurément.
Est-ce qu'on peut modifier un texte ?
Vous devez respecter l'intégrité du texte. Cependant, vous n'avez pas besoin d'autorisation pour les modifications suivantes : changement d'un nom de lieu, transformation d'un personnage féminin en masculin (ou vice versa), changement d'une expression qui n'est pas commune à l'endroit où la pièce est présentée. Aussitôt que vous transformez complètement une réplique, vous devez communiquer avec l'auteur.
Est-ce qu'on peut garder le texte dans nos archives ?
Il n'y a aucun problème à garder le texte dans vos archives. Cependant, s'il est présenté à nouveau, il faut acquitter les droits de représentation.
Est-ce que je peux publier le texte ou un extrait ?
Pour toutes publications, sous toute forme que ce soit, il faut contacter l'auteur ou ses représentants.
Est-ce qu'on peut retrouver les textes en librairie ?
Les textes sont seulement disponibles sur le site de Animagination.
Auteur

Luc Boulanger

Luc Boulanger auteurDétenteur d’un certificat de deuxième cycle en journalisme, c’est d’abord avec sa plume que Luc Boulanger s’est démarqué. Il a écrit une cinquantaine de pièces de théâtre qui sont diffusées dans internet et jouées partout sur la planète ; de Fermont au Kirghizistan, en passant par Singapour et Genève.

Il est cofondateur de la troupe de théâtre Animagination qui présente depuis plus de 25 ans des spectacles pour jeune public. En plus de concevoir les pièces, il est également comédien. La troupe se produit entre 50 et 100 fois par année au Québec et dans la francophonie canadienne. Animagination a eu la chance de travailler avec l’auteur Dominique Demers pour la conception et la présentation d’une pièce de théâtre mettant en vedette le personnage de Mademoiselle Charlotte.

En 1996, il a participé à la création du centre d’art La Chapelle, la salle de spectacles de son quartier dont il fut le premier coordonnateur durant trois ans. Il est resté un collaborateur actif du lieu et plusieurs de ses productions théâtrales sont présentées en primeur à La Chapelle.

Luc Boulanger a énormément travaillé comme animateur auprès des jeunes et des adultes. Il a notamment accompagné plusieurs groupes de voyageurs, visitant ainsi plus de 25 pays. Aujourd’hui, il agit davantage en tant que formateur en théâtre, en improvisation et en cinéma. Il fait partie de la liste de ressources du programme «Écrivains à l’école» subventionné par le ministère de l’Éducation. Une de ces expériences marquantes en tant que formateur est une série de trois séjours au Nunavik pour enseigner à de jeunes animateurs Inuits.

Grand amateur de cinéma, Luc réalise des films et des clips vidéo depuis qu’il a dix ans. Lors d’un voyage en Allemagne pour assister à une de ses pièces jouées en allemand, il a monté un reportage en utilisant seulement son iPhone. D’ailleurs, il est un passionné d’informatique, il connaît bien le langage HTML et explore constamment le logiciel Photoshop. Il conçoit la plupart des affiches de ses spectacles et adore la photographie de plein air. À l’occasion, il accepte des contrats de photos.

Membre de l’Union des Artistes (UDA) et président du conseil d’administration de l’Association québécoise des auteurs dramatiques (AQAD), Luc Boulanger est interpelé par les conditions socio-économiques de ses pairs. Il est ainsi un des fondateurs du Regroupement énergique des petites entreprises de théâtre (RÉPET) qui vise à valoriser le travail des artistes de théâtre qui s’autoproduisent.

En septembre 2013, Luc Boulanger a reçu une médaille de l’Assemblée nationale pour la diffusion de ses oeuvres et son implication dans son milieu.

Commentaires
Rédigez votre propre commentaire

Vous devez être enregistré pour rédiger un commentaire. Veuillez, vous identifier ou créer un compte utilisateur.