Le bon roi Richard Coeur-de-Pomme

De Luc Boulanger
Style/Thème :
Conte médiéval
Lieux :
Un château
Nombre de comédiens :
8
Durée :
25 minutes
Âge :
8 à 13 ans
Niveau :
Débutant
Résumé :
La méchante sorcière Morgana convoite la couronne du simple et bon roi Richard-Cœur-de-Pomme. Elle met donc au point un ingrédient magique, les graines de la discorde qu’elle répand dans le royaume afin de semer la zizanie. Elle veut profiter de la confusion qui s’en suit pour prendre le pouvoir, mais elle rencontrera sur son chemin les alliés du roi dont Griselda, la magicienne. Une pièce qui rappelle l'univers fantastique des chevaliers de la Table ronde dans une formule bien adaptée aux jeunes.

Extrait du texte plus bas

Availability: En stock

16,45 €
Au Canada, des taxes peuvent s’ajouter.

Vous pourrez télécharger le texte de la pièce de théâtre tout de suite après la transaction (en format PDF)

Nos pièces de théâtre ont été jouées au quatre coins de la francophonie. En savoir plus...

Pour toute information
Contactez-nous

Extrait du texte

Le bon roi Richard Coeur-de-Pomme

de Luc Boulanger

IMPRIMER...

Les personnages

Le roi Richard : gentil et naïf 
Ulric : Chef de la garde du roi, fidèle et sans reproche 
Génius : Chevalier de la garde, dévoué 
Griselda : Mage, astronome et conseillère du roi
Bélinda : Membre de la cour du roi, mais secrètement affiliée à la méchante Morgana 
Morgana : Méchante sorcière qui veut s'emparer de la couronne 
Détritus : Apprentie un peu lente de Morgana 
Ultimo : Chevalier au service de Morgana

Ce texte est protégé par les lois sur le droit d’auteur. Avant de le reproduire (le photocopier), le présenter devant public ou le publier sur papier ou de façon électronique, assurez-vous d’avoir les autorisations requises. 


Scène 1 : Ulric et Génius

Ulric et Génius arrivent en discutant.

Ulric : Tu sais mon fidèle Génius. Je suis un peu inquiet.

Génius : C'est vrai ?

Ulric : C'est le roi, j'ai peur que des gens à l'influence mauvaise tournent autour de lui.

Génius : C'est vrai ?

Ulric : J'ai l'impression que sa majesté ne nous aime plus autant.

Génius affirmatif cette fois : C'est vrai !

Ulric : Pourtant, nous sommes prêt à donner nos vies pour lui. Nous avons guerroyé jusqu'aux confins des terres connues pour étendre son honneur et sa gloire. J'ai moi-même affronté et vaincu le dragon pour protéger le pays.

Génius encore plus affirmatif : C'est vrai !

Ulric : Faudra t-il en faire davantage ?

Génius : C'est vrai !

Ulric : Mais, tu ne sais pas dire autre chose.

Génius : C'est vrai !

Ulric : Pauvre Génius. Tu n'es pas très bavard, mais tu es un fidèle compagnon.

Génius : C'est vrai !

Ulric : Viens, allons à l'auberge pour nous rassasier et boire un peu. Nous pourrons ainsi oublier ces tracas.

Génius et Ulric ensemble : C'est vrai !

Ulric prend Génius par l'épaule. Ils sortent.

 

Scène 2 : Le roi et Bélinda

Le roi arrive seul.

Richard : Ah comme il est difficile de régner. Il faut administrer, gérer, rendre la justice et faire la guerre. Mais, serait-il possible de trouver un pays où les gens s'aideraient mutuellement au lieu de se jalouser ? Si j'avais eu le choix, je serais devenu jardinier. J'aime les fleurs. Elles sont belles et tranquilles. Mais, je suis fils de roi. Je suis né pour porter une couronne, telle est ma destinée, non d'une pomme.

Bélinda arrive furtivement en regardant un peu partout.

Bélinda : Sir, je m'excuse d'interrompre le cours de vos pensées. Puis-je m'adresser à vous ?

Richard : Le premier devoir d'un monarque est d'être au service de ses sujets, surtout les sujets aussi agréables que vous.

Bélinda : Vous êtes plaisant sir. J'ai une information de première importance.

Richard : Quelle est-elle ?

Bélinda : On dit que dans votre garde personnelle, on fomente la révolte.

Richard : Il s'agit simplement de ouï-dire.

Bélinda en tournant autour du roi : Méfiez-vous, les rumeurs lorsqu'elles sont persistantes s'avèrent trop souvent véridiques.

Richard : J'ai l'habitude de m'en tenir aux faits, mais je vais y songer. Maintenant, laissez-moi !

Bélinda : Certainement sir. Et n'oubliez pas que je vous suis entièrement dévouée.

Richard : Merci, j'apprécie beaucoup.

Bélinda part aussi rapidement qu'elle était venue.

Richard pour lui-même : Il y a tellement de rumeurs qui circulent que je ne sais plus où donner de la tête.

 

Scène 3 : Le roi et Griselda

Griselda arrive avec une valise remplie de feuilles et de potions.

Richard : Vous êtes déjà là ?

Griselda : Mais, c'est déjà l'heure votre majesté. Vous n'avez pas entendu les cloches de la cathédrale sonner la dixième heure du jour.

Richard : Pardonnez-moi. Je songeais à mille et un problèmes.

Griselda en sortant un flacon : Vous avez peut-être besoin d'une de mes préparations à base de fenouille et d'extrait de limace qui a la faculté d'éclaircir les esprits embrouillés.

Richard : Je ne sais pas.

Griselda : J'ai aussi concocté une nouvelle potion à partir de trèfles à quatre feuilles qui laisse planer autour de vous une odeur de chance sans pareil.

Richard : Vous ne pourriez pas fabriquer une potion qui rende les gens gentils, qui éliminerait toute malice ?

Griselda : Malheureusement, votre majesté, je ne connais aucun mage, aucun druide assez savant pour préparer une telle potion. La méchanceté des hommes est tellement complexe. Elle est trop difficile à contrôler. Par contre, le mal est si facile à reproduire.

Richard : Voilà un constat déplorable, mais réaliste. Il n'y a donc rien à faire ?

Griselda : Nous pouvons tout de même prévenir en nous fiant à la sagesse des astres. En connaissant l'avenir, nous pouvons parer les mauvais coups du destin. J'ai justement préparé votre carte du ciel.

Griselda sort un parchemin qu'elle tend au roi. Celui-ci regarde avec attention.

Richard : Je ne comprends toujours pas comment cela fonctionne.

Griselda : Regardez, c'est très simple. Le lion est dans l'hypoténuse entre Mars et Jupiter, alors que Vénus traverse le cadran de la voie lactée ce qui forme un triangle isocèle.

Richard : Et alors ?

Griselda : Le triangle est le symbole du conflit. Jupiter, le roi des dieux, c'est vous. Mars représente la guerre et Vénus est une femme qui tente de tracer une voie vers le lion, c'est-à-dire la couronne.

Richard : Vous voulez dire que quelque part une femme se préparer à s'emparer du trône.

Griselda : Exactement.

Richard : Encore de mauvais augures. Je suis fatigué de cela.

Griselda : Vous devez me croire votre majesté, le ciel ne ment jamais.

Richard : Mais ce qu'il nous dit est tellement vague et flou.

Griselda : Une menace vous guette, j'en suis certaine.

Richard : Vous étiez aussi sûre de vous lorsque vous avez prédit que la lune tomberait sur notre royaume aux premières neiges de l'hiver.

Griselda : Oui, j'avais fait de mauvais calcul. Elle va tomber dans mille ans. Mais, cette fois-ci, je suis persuadée d'avoir raison. J'ai tout vérifié. Il faut avoir confiance en moi.

Richard : Je vais y réfléchir.

Griselda : Je dois vous quitter votre majesté. J'ai un rendez-vous avec l'archiduc du comté du Boeufbraisé. Il a besoin d'entrailles de poulet séché pour prévenir ses problèmes gastriques.

Richard : Je vous donne votre congé.

Griselda : Merci sir et prenez bien le temps d'étudier ma carte.

Griselda part et le roi s'assoit quelques instants pour observer la carte, mais finit par s'endormir avec la carte dans les mains. Bélinda passe et aperçoit le roi. Elle s'assure que personne ne la regarde et subtilise la feuille. Elle repart. Le roi se réveille subitement en se demandant ce qui se passe. Il se lève et sort.

 

Scène 4 : Morgana, Détritus, Bélinda et Ultimo

Détritus arrive et baille un peu. Elle s'installe en avant de la scène et s'endort. Morgana arrive à son tour et aperçoit son apprentie.

Morgana : Détritus ! Détritus !

Détritus se réveille subitement.

Morgana : Tu es encore en train de dormir, vilaine paresseuse.

Détritus : Mais madame, vous me donnez tant d'ouvrages que je n'ai pas assez de la journée pour tout faire. Je dois travailler jusque dans la nuit.

Morgana : Je n'ai pas le temps d'entendre tes plaintes. Est-ce que tu as nettoyé la cheminé ?

Détritus : Oui, madame.

Morgana : Brossé les chevaux ?

Détritus : Oui, madame.

Morgana : Nourri les grenouilles ?

Détritus : Oui madame et j'ai même pris de l'avance en lavant les planchers et en astiquant votre balai magique. Je pense donc que je mérite une petite sieste.

Morgana : Nous, les méchants, nous n'avons pas le temps de nous reposer. La conquête du royaume est un travail de longue haleine. Maintenant, va chercher mon chaudron, nous allons préparer une mixture magique qui nous aidera à parvenir à nos fins.

Détritus : Tout de suite, madame.

Détritus va chercher une table et un chaudron.

Morgana : Parfait. Enmène-moi le venin de vipère écrêmé.

Détritus réfléchit un peu et part chercher le flacon demandé. Elle revient avec.

Détritus : Voilà !

Morgana : Non, crétine, ça c'est la riboflavine de potassium. J'ai demandé le venin de vipère écrémé.

Détritus : Il est de quel couleur ce venin ?

Morgana : Il est noir.

Détritus : Ah bon !

Détritus sort et revient avec le bon flacon.

Morgana : Enfin ! Maintenant, va me chercher la poudre de perlinpinpin.

Détritus : Elle est bleue, je crois ?

Morgana : C'est ça, dépêche-toi. On n'a plus les apprenties qu'on avait.

Détritus sort et revient avec la poudre de Perlinpinpin. Morgana la mélange au reste. Tout d'un coup, Bélinda arrive avec la carte du ciel entre les mains.

Morgana : Qu'est-ce que tu fais ici,toi. Tu devrais être au château avec le roi.

Bélinda : Je sais ma soeur, mais j'ai mis la main sur un document qui risque de vous intéresser.

Bélinda donne la carte à Griselda.

Bélinda : C'est la carte du destin du roi dessinée par Griselda.

Morgana : Ah ! Cette satanée Griselda ne se fatigue donc jamais. Elle met toujours tout en oeuvre pour contrecarrer mes plans.

Bélinda : Comme vous pouvez voir, le roi est au courant qu'un coup d'état se prépare.

Morgana : Oui, mais il ne sait pas quand et qui !

Bélinda : Il faut quand même être prudentes.

Morgana : Tu as raison. Il faut agir rapidement. Tu dois immédiatement retourner au château et assure-toi que personne ne s'aperçoive de ta visite. Je te ferai parvenir de l'information par courrier.

Bélinda : Je m'en retourne tout de suite. Un jour le royaume sera à nous et notre mère brûlée pour sorcellerie sera vengée.

Morgana : Ce jour est proche. Allez part.

Bélinda s'en va.

Détritus : Quelle va être votre nouvelle tactique, madame ?

Morgana : Toi, ne te mêle pas de ça ! Va me chercher le chef de ma garde.

Détritus : Tout de suite.

Cependant,Ultimo arrive avant que Détritus parte.

Ultimo : Je suis là, prêt à vous servir.

Morgana : Toujours aussi rapide.

Ultimo : Rapide, fort et efficace.

Morgana : J'apprécie votre fidélité. Le temps presse, mon cher Ultimo. Le roi se doute d'une révolte. Que me conseillez-vous ?

Ultimo : Je vous propose de lever une armée. Je pourrais rapidement engager des mercenaires et prendre d'assaut le château.

Morgana : Vous les militaires, vous prônez toujours le conflit direct.

Ultimo : C'est la seule manière de parvenir à nos fins madame.

Morgana : Je ne suis pas d'accord avec vous. Notre attaque doit être plus subtile. Elle doit venir de l'intérieur.

Ultimo : Je ne comprends pas.

Morgana : Je suis en train de préparer une mixture spéciale appelée les graines de la discorde. C'est une recette qui nous vient de notre grand-père Benladénus.

Ultimo : Comment ces graines de la discorde peuvent-elles nous aider ?

Morgana : Mon idée est simple. Nous allons envoyer des parchemins à différents membres de la cour du roi. Ces parchemins contiendront les graines de la discorde qui une fois respirée transforme la personne en un être querelleur et hargneux.

Ultimo : Je vois, les membres de la cour vont se mettre à se disputer ensemble.

Morgana : Et nous en profiterons, Bélinda, vous et moi pour devenir les préférées du roi.

Ultimo : Je serai donc le chef de la garde du roi.

Morgana : Et moi, je prendrai la place de Griselda en tant que sa magicienne.

Ultimo : Je reconnais là votre intelligence, madame.

Morgana : Maintenant, activons-nous. Faites-moi dresser la liste des membres de la cour. Je dois aussi prévenir ma soeur par courrier. Détritus, tu auras la tâche de livrer les parchemins.

Détritus : Est-ce que j'ai le choix ?

Morgana : Non !

Détritus : Bon.

Ils sortent tous.

 

Scène 5 : Ulric, Génius et Détritus

Détritus arrive avec un panier de parchemins.

Détritus : Voilà encore que je me ramasse encore avec le sale boulot. Il faut que je distribue du courrier, mais ma maîtresse ignore que je ne sais pas lire. Elle ne doit pas le savoir, sinon elle va me jeter à la rue.

Ulric et Génius entrent en scène.

Ulric : Ce repas était des plus copieux, tu ne penses pas mon cher Génius.

Génius : C'est vrai.

Détritus se dirige vers les deux hommes.

Détritus : Messieurs Ulric et Génius.

Ulric : C'est nous.

Génius : C'est vrai.

Détritus : J'ai du courrier pour vous.

Ulric : Merveilleux, j'adore recevoir des nouvelles. C'est peut-être une de mes lointaines conquêtes amoureuses qui m'écrit pour m'avouer son ennui.

Génius : C'est vrai.

Détritus : Alors voilà.

Détritus donne un parchemin à chacun. Les hommes ouvrent les missives.

Détritus : Moi je vous laisse si je veux terminer ma tournée rapidement pour pouvoir me reposer ensuite.

Ulric : Allez, merci.

Détritus s'en va. Ulric et Génius lisent les parchemins et respirent les graines de la discorde. Tout d'un coup Ulric jette le parchemin par terre.

Ulric : Ce n'est qu'une vulgaire publicité.

Génius : Aie, ne jette pas ce parchemin par terre.

Ulric : Et pourquoi ?

Génius : Tu souilles la terre du roi.

Ulric : Je fais ce que je veux, quand je veux.

Génius : Pas avec moi.

Ulric : Prend garde, je suis ton supérieur.

Génius : Tu n'es qu'un minus.

Ulric : Avorton, tu te mets à parler maintenant.

Génius : Si je ne parlais pas, c'est que je ne voulais pas te dire que tu es un salaud.

Les deux hommes dégainent leur épée et se confrontent la lame sous la gorge. Le roi arrive à ce moment.

Richard : Messieurs, que faites-vous ?

Génius : Je vais donner une leçon à ce blanc bec.

Ulric : C'est de l'insubordination ! Sir, punissez-le.

Richard : Calmez-vous. Il s'agit sûrement d'un incident sans gravité.

Génius : Ce traître souille votre royaume avec les parchemins qu'il jette sur votre sol.

Richard : Allons, ce n'est pas un crime de lèse-majesté.

Génius : Il mérite la potence.

Richard : Cessez ces accusations et rentrez chacun chez-vous. Nous rediscuterons de ça plus tard.

Les deux hommes se regardent toujours.

Richard : Allez, c'est un ordre.

Ulric et Génius se séparent et partent chacun de leur côté en se regardant.

Richard : Comme cela est surprenant, mes deux meilleurs hommes qui se querellent. La rumeur d'une révolte est peut-être fondée. Je sais ce que je vais faire pour les punir. Je vais les envoyer guerroyer vers les lointaines frontières du royaume. Ainsi, ils ne me causeront pas d'ennui.

Richard sort en se grattant la tête.

 

Scène 6 : Détritus, Bélinda et le roi.

Détritus revient.

Détritus : Bon, il ne me reste plus que deux parchemins à distribuer avant de pouvoir piquer un petit somme.

Bélinda arrive.

Détritus : Mme Bélinda, je dois vous donner des nouvelles de votre soeur.

Bélinda : Enfin, je commençais à m'inquiéter.

Détritus : Son nouveau plan est expliqué dans ce parchemin.

Détritus tend un parchemin à Bélinda. Mais elle se trompe, elle lui donne celui qui était destiné à Griselda. Bélinda prend le parchemin.

Bélinda : Voyons voir.

Bélnda respire la graine de la discorde.

Bélinda qui devient colérique : Mais pourquoi m'envoie t-elle une publicité ? Je n'en ai pas besoin.

Détritus : Madame Bélinda, calmez-vous !

Bélinda : Je n'ai pas envie de me calmer et toi, fout-moi la paix, petite idiote.

Détritus : Bon, bon, je m'en vais. Qu'est-ce qui lui prend à celle-là ?

Détritus sort.

Bélinda : Ma soeur me fait une mauvaise blague, elle qui veut toujours tout décider. Et moi, je dois rester à la cour pour tomber dans les bonnes grâces du roi.

Le roi arrive à ce moment.

Richard : Dame Bélinda, justement, je voulais vous parler de cette rumeur de révolte.

Bélinda : Je n'en ai que faire de votre révolte. Faites-en ce que vous voulez. Moi je m'en vais, je quitte la cour.

Richard est surpris.

Bélinda : Vous n'êtes qu'un roi de pacotille trop gentil et trop endormant. Vous auriez dû être jardinier. Cela aurait été plus simple pour tout le monde.

Richard : Dame Bélinda, est-ce que vous êtes souffrante ?

Bélinda : C'est vous qui me faites souffrir. J'ai deux mots à dire à ma soeur. Je pars.

Bélinda s'en va avec fracas.

Richard: Tout le monde est de mauvais poil aujourd'hui. Il se trame sûrement quelque chose.

Richard quitte en réfléchissant.

Vous avez lu la moitié de l'histoire. Acheter le texte complet.

IMPRIMER...

Droits d'auteur (FAQ)

Droits d'auteur (FAQ)

Qu'est-ce que le droit d'auteur ?
Le droit d'auteur garantit la protection des oeuvres littéraires, dramatiques, artistiques et musicales, des enregistrements sonores, des représentations d'une oeuvre en public et des télécommunications. Le droit d'auteur donne aux créatrices et créateurs le droit, devant la loi, d'être rémunérés pour leurs oeuvres et d'en contrôler l'utilisation.
Une fois que j'ai acheté un texte, est-ce que je peux l'utiliser à ma guise ?
Le fait d'acheter un texte sur le site de Animagination vous permet d'avoir accès à l'oeuvre intégrale que vous pouvez lire seul, en groupe ou encore travailler en classe ou en atelier. Mais le simple achat du texte ne vous donne pas l'autorisation de le jouer en public. Pour cela, il faut payer les droits de représentation.
Est-ce que je dois acheter les droits de représentation immédiatement ?
Vous pouvez revenir en tout temps sur le site de Animagination pour acquitter les droits de représentation. Il est préférable de le faire avant la tenue de l'activité ; la facture faisant office de preuve que vous détenez les droits de représentation. Cela dit, il n'est jamais trop tard pour payer les droits et ainsi régulariser votre situation.
Est-ce que les écoles doivent payer les droits de représentation ?
Si le texte est joué en classe ou devant un public exclusivement formé d'élèves, les écoles n'ont pas à payer les droits de représentation. Cependant, pour les représentations où les parents et amis sont invités, les droits de représentation s'appliquent.

Notez que les écoles du Québec bénéficient d'une entente entre l'AQAD (L'Association Québécoise des Auteurs Dramatiques) et le MELS (Ministère de l'Éducation, du Loisir et du Sport) qui défraie les droits de représentation devant un public de parents et d'amis. Il faut alors remplir un formulaire sur le site de l'AQAD
Est-ce que Animagination accepte de facturer les écoles du Québec ?
Oui, Animagination accepte de facturer les écoles du territoire de la province de Québec seulement. Il suffit alors de nous faire parvenir un courriel avec le titre de la pièce, le nom de la personne responsable, la ou les dates approximatives de représentation ainsi que l’adresse complète de l’école. Le délai de réponse est de 24 à 48 heures.
Est-ce que les troupes formées d'amateurs doivent payer les droits de représentation ?
Tout le monde doit payer le droit d'auteur. Les troupes formées d'amateurs ne sont pas exemptées, tout comme les organismes sans but lucratif. Même si le spectacle est présenté gratuitement, il faut payer les droits de représentation.
Est-ce que le droit d'auteur s'applique si nous jouons seulement un extrait ?
Les pièces doivent être présentées dans leur intégralité. Il faut une autorisation de l'auteur pour présenter un extrait et le droit d'auteur s'applique assurément.
Est-ce qu'on peut modifier un texte ?
Vous devez respecter l'intégrité du texte. Cependant, vous n'avez pas besoin d'autorisation pour les modifications suivantes : changement d'un nom de lieu, transformation d'un personnage féminin en masculin (ou vice versa), changement d'une expression qui n'est pas commune à l'endroit où la pièce est présentée. Aussitôt que vous transformez complètement une réplique, vous devez communiquer avec l'auteur.
Est-ce qu'on peut garder le texte dans nos archives ?
Il n'y a aucun problème à garder le texte dans vos archives. Cependant, s'il est présenté à nouveau, il faut acquitter les droits de représentation.
Est-ce que je peux publier le texte ou un extrait ?
Pour toutes publications, sous toute forme que ce soit, il faut contacter l'auteur ou ses représentants.
Est-ce qu'on peut retrouver les textes en librairie ?
Les textes sont seulement disponibles sur le site de Animagination.
Auteur

Luc Boulanger

Luc Boulanger auteurDétenteur d’un certificat de deuxième cycle en journalisme, c’est d’abord avec sa plume que Luc Boulanger s’est démarqué. Il a écrit une cinquantaine de pièces de théâtre qui sont diffusées dans internet et jouées partout sur la planète ; de Fermont au Kirghizistan, en passant par Singapour et Genève.

Il est cofondateur de la troupe de théâtre Animagination qui présente depuis plus de 25 ans des spectacles pour jeune public. En plus de concevoir les pièces, il est également comédien. La troupe se produit entre 50 et 100 fois par année au Québec et dans la francophonie canadienne. Animagination a eu la chance de travailler avec l’auteur Dominique Demers pour la conception et la présentation d’une pièce de théâtre mettant en vedette le personnage de Mademoiselle Charlotte.

En 1996, il a participé à la création du centre d’art La Chapelle, la salle de spectacles de son quartier dont il fut le premier coordonnateur durant trois ans. Il est resté un collaborateur actif du lieu et plusieurs de ses productions théâtrales sont présentées en primeur à La Chapelle.

Luc Boulanger a énormément travaillé comme animateur auprès des jeunes et des adultes. Il a notamment accompagné plusieurs groupes de voyageurs, visitant ainsi plus de 25 pays. Aujourd’hui, il agit davantage en tant que formateur en théâtre, en improvisation et en cinéma. Il fait partie de la liste de ressources du programme «Écrivains à l’école» subventionné par le ministère de l’Éducation. Une de ces expériences marquantes en tant que formateur est une série de trois séjours au Nunavik pour enseigner à de jeunes animateurs Inuits.

Grand amateur de cinéma, Luc réalise des films et des clips vidéo depuis qu’il a dix ans. Lors d’un voyage en Allemagne pour assister à une de ses pièces jouées en allemand, il a monté un reportage en utilisant seulement son iPhone. D’ailleurs, il est un passionné d’informatique, il connaît bien le langage HTML et explore constamment le logiciel Photoshop. Il conçoit la plupart des affiches de ses spectacles et adore la photographie de plein air. À l’occasion, il accepte des contrats de photos.

Membre de l’Union des Artistes (UDA) et président du conseil d’administration de l’Association québécoise des auteurs dramatiques (AQAD), Luc Boulanger est interpelé par les conditions socio-économiques de ses pairs. Il est ainsi un des fondateurs du Regroupement énergique des petites entreprises de théâtre (RÉPET) qui vise à valoriser le travail des artistes de théâtre qui s’autoproduisent.

En septembre 2013, Luc Boulanger a reçu une médaille de l’Assemblée nationale pour la diffusion de ses oeuvres et son implication dans son milieu.

Commentaires
Rédigez votre propre commentaire

Vous devez être enregistré pour rédiger un commentaire. Veuillez, vous identifier ou créer un compte utilisateur.