Un génie dans le coffre

De Luc Boulanger
Style/Thème :
Variation sur un thème
Lieux :
Terrain vague
Nombre de comédiens :
5
Durée :
10 minutes
Âge :
8 à 13 ans
Niveau :
Débutant
Résumé :

En jouant dans un terrain vague, quatre jeunes trouvent un mystérieux coffre. Ils l’ouvrent et libèrent un méchant génie dont ils deviennent les esclaves. Il leur faudra user de finesse afin de se tirer des griffes de leur geôlier. Ce texte fait partie du projet « Le coffre du terrain vague » qui regroupe quatre petites pièces qui ont le même début, mais un développement différent. Vous pouvez vous procurer seulement ce texte ou profiter d'un forfait pour l'ensemble des quatre.

Extrait du texte plus bas

Availability: En stock

13,16 €
Au Canada, des taxes peuvent s’ajouter.

Vous pourrez télécharger le texte de la pièce de théâtre tout de suite après la transaction (en format PDF)

Nos pièces de théâtre ont été jouées au quatre coins de la francophonie. En savoir plus...

Pour toute information
Contactez-nous

Extrait du texte

Un génie dans le coffre

de Luc Boulanger

Merci à Benoît Delamarre pour sa collaboration.

IMPRIMER... 

Les personnages

Ils sont unisexes ; ils peuvent donc être joués autant par des garçons que par des filles.

Danielle : intelligente et moralisatrice.
Maxime : enthousiaste, il a un langage pauvre.
Claude : un peu brusque, sans manière.
Alex : craintif, mais astucieux.
Génie : Hautain et un peu cinglé

Décors

Un gros coffre dans le genre qu’on utilisait autrefois pour ranger des vêtements ou des couvertures. On peut aussi avoir un fond de scène qui représente un terrain vague, mais le coffre seul peut suffire. Le texte est écrit afin de suggérer le lieu.

Ce texte est protégé par les lois sur le droit d’auteur. Avant de le reproduire (le photocopier), le présenter devant public ou le publier sur papier ou de façon électronique, assurez-vous d’avoir les autorisations requises. 


Le texte

Alex entre tranquillement et regarde un peu partout. Claude, Maxime et Danielle arrivent ensemble. Alex reste à l’écart et les observe.

Maxime : Wow, ça flash icitte ! Un vrai terrain vague comme dans les firmes.

Danielle : Je me demande où est-ce que tu as appris à parler. On ne dit pas « Icitte », on dit « ici » et des « firmes », je ne connais pas ça. Mais des « films » par exemple, j'aime ça en regarder.

Maxime : Si tu veux. En tout cas, c'est hot comme place. Est-ce que vous v'nez souvent ?

Claude : À tous les jours, à moins qu’il fasse mauvais.

Danielle : Ou quand on a trop de devoirs.

Claude : Ben voyons ! On a jamais trop de devoirs. C'est juste que t’es pas assez lumière ; tu comprends pas assez vite.

Danielle : Aïe, je suis bien plus intelligente que toi. Je m'applique quand je fais mes devoirs, moi.

Claude qui répète pour la narguer : Je m'applique quand je fais mes devoirs, moi.

Danielle : Un bon jour, tu vas le regretter, tu vas comprendre que les connaissances, c'est important.

Claude : Ben oui.

Maxime : Je capote. Je vais demander à mon père si on peut déménager dans le « boutte ».

Danielle : On dit « dans le bout ». « Dans le quartier » serait plus précis.

Exaspéré, Claude fait signe à Danielle de se taire.

Claude : Tu penses que ton père va accepter de vendre son bel appart chic pour venir rester dans des HLM.

Maxime : Compte su' moué. Je vas l'achaler jusqu'à temps qui veulle.

Danielle : Je serais prête à changer de place avec toi. J'aimerais ça aller rester dans un beau quartier au centre-ville.

Maxime : Ça l'air beau de loin, mais en vrai, c'est plate à mort. On a pas de parc, pas de place pour aller jouer. 

Claude : Ton père a plein d’argent. Il t'achète des tonnes de jeux vidéo. Tu dois pas t'ennuyer.

Maxime : Qu'essé ça donne d'être full cash si t'as pas un beau terrain vague plein de vieilleries pour t'amuser ? Jouer à la cachette icitte, ça doit être écoeurant.

Claude : J’avoue !

Alex qui s'approche du groupe : Salut gang ! Avez-vous vu ma nouvelle montre ?

Claude : Qu'est-ce que tu veux encore toi ?

Alex : Rien, c'est juste que j'ai trouvé cette montre-là en revenant de l'école. C'est incroyable tout ce qu'on peut faire avec...

Claude : Écoute minus, si on a besoin de toi, on t'appelle. Ça marche ?

Alex : Eh OK.

Danielle : Claude ! T'es pas correct. Alex voulait juste s'intégrer.

Claude : Je me tiens pas avec des plus jeunes.

Danielle : Si tout le monde pensait comme ça, personne ne se tiendrait avec personne. La preuve, je suis plus vieille que toi et Maxime est plus vieux que nous deux.

Claude qui s’avoue vaincu par cette logique : Ouin.

Maxime qui s'était écarté du groupe : Ar'garder le coffre. On dirait le trésor d'un pirate.

Claude : C'est bizarre, je l'avais jamais remarqué avant.

Danielle : N’y touchez pas. Il est plein de rouille. Vous pourriez attraper le tétanos.

Alex : Le tétanos ?

Danielle : C'est une maladie qui s'attrape sur les objets malpropres. Tes muscles se contractent jusqu'à écraser tes os.

Maxime : Tu meurs comme ça.

Maxime déconne en faisant plein de convulsions. Il peut en mettre. Claude rit.

Claude : T’es fou Maxime ! Allez, on ouvre le coffre.

Alex : Tout d'un coup qu'il y a un vampire dedans ou un zombie.

Maxime : T'écoute trop de firmes.

Danielle : Films !

Alex : Peut-être que le coffre contient des microbes ou le virus d’une épidémie ?

Claude : Arrête de t'énerver. Il y a probablement rien dedans.

Maxime : C'est ce qu'on va voir.

Il ouvre le coffre...

Tout le monde se penche pour regarder à l’intérieur.

Danielle : C’est un mannequin.

Claude qui met sa main dans le coffre : Non, ça bouge, c’est vivant.

Ils reculent.  Le personnage sort la tête et s’étire.

Génie : Oh la la !  J’ai trop dormi, je crois.

Alex : Qui êtes-vous ?

Génie : Eh, un vampire.

Danielle un peu surprise : Vous êtes un vampire ?

Génie : Non.

Danielle : Mais vous venez dire que vous êtes un vampire.

Génie : Non, c’est vous qui venez de le dire.

Danielle : Je m’excuse, mais juste avant moi, vous avez dit que vous étiez un vampire.

Génie : Pas du tout, lavez-vous les oreilles ma chère.

Danielle regarde Claude.  Ils haussent les épaules en signe d’incompréhension.

Maxime : Vous êtes qui d’abord ?

Génie en sortant du coffre : Je suis celui que vous attendiez tous.

Claude : On n’attendait personne.

Génie : Mais si.

Alex : Est-ce que vous êtes un génie ?

Génie : Bravo, vous gagnez le gros lot, je suis un génie.

Maxime : Cool, ça veut dire que vous allez pouvoir réaliser nos souhaits.

Génie : Attention, je ne suis pas ce genre de génie.  Quand, je dis que je suis un génie, c’est parce que je suis très intelligent.  Regardez, je connais par cœur la table de multiplication de 2 ; 2 fois 1 égale deux, 2 fois 2 égale quatre, 2 fois 3 égale six…

Danielle : Ça va, on a compris.  On connaît tous la table de deux, donc on est tous des génies.

Génie : Mais moi, je connais aussi la table de cinq millions, trois cent cinquante-trois mille (5 353 000).

Claude : Qu’est-ce que vous faisiez dans le coffre ?

Génie : C’est mon maître qui m’y a enfermé il y a très longtemps.  D’ailleurs, en quelle année sommes-nous ?

Alex : En (année courante).

Génie : Cela fait donc plus de 500 ans.  Comme le temps passe vite.

Alex : Pourquoi votre maître vous a enfermé dans le coffre ?

Génie : Disons qu’il m’arrive de dépasser les bornes, ah, ah ah !!!

Maxime : Comment il a fait pour vous enfermer dans un coffre aussi longtemps ?

Génie : Mon maître était un grand magicien et il a réussi à m’attirer dans le coffre parce qu’il connaissait mon point faible.

Danielle : Et c’est quoi votre point faible ?

Génie : Si vous pensez que je vais vous le révéler, vous vous trompez.

Claude : Maintenant que vous êtes libre, qu’est-ce que vous allez faire ?

Génie : Je vais commencer par manger un peu.  Allez me chercher de la bonne nourriture.  On pourrait commencer par une belle grosse dinde, avec des fruits exotiques…

Maxime : On n’est pas vos « exclaves ».

Génie : On dit « esclaves ».  Mais bien sûr que vous êtes mes esclaves.  Les malheureux qui délivrent le génie, doivent le servir jusqu’à la fin des temps.

Danielle : Dans les histoires, c’est plutôt le contraire.

Génie : Mais nous sommes dans la réalité.

Alex : Je croirais plutôt rêver.

Maxime : À bien y penser, je pense que je vais sacrer mon camp.

Alex, Danielle et Claude : Moi aussi.

Génie en levant les mains : Pas si vite.

Les jeunes restent immobiles.

Alex : Qu’est-ce qui m’arrive ?

Danielle : On dirait que je suis clouée au sol.

Vous avez lu la moitié de l'histoire. Acheter le texte complet

Profitez d'un forfait pour vous procurer les quatre textes du Projet du Coffre du terrain vague

IMPRIMER...

Droits d'auteur (FAQ)

Droits d'auteur (FAQ)

Qu'est-ce que le droit d'auteur ?
Le droit d'auteur garantit la protection des oeuvres littéraires, dramatiques, artistiques et musicales, des enregistrements sonores, des représentations d'une oeuvre en public et des télécommunications. Le droit d'auteur donne aux créatrices et créateurs le droit, devant la loi, d'être rémunérés pour leurs oeuvres et d'en contrôler l'utilisation.
Une fois que j'ai acheté un texte, est-ce que je peux l'utiliser à ma guise ?
Le fait d'acheter un texte sur le site de Animagination vous permet d'avoir accès à l'oeuvre intégrale que vous pouvez lire seul, en groupe ou encore travailler en classe ou en atelier. Mais le simple achat du texte ne vous donne pas l'autorisation de le jouer en public. Pour cela, il faut payer les droits de représentation.
Est-ce que je dois acheter les droits de représentation immédiatement ?
Vous pouvez revenir en tout temps sur le site de Animagination pour acquitter les droits de représentation. Il est préférable de le faire avant la tenue de l'activité ; la facture faisant office de preuve que vous détenez les droits de représentation. Cela dit, il n'est jamais trop tard pour payer les droits et ainsi régulariser votre situation.
Est-ce que les écoles doivent payer les droits de représentation ?
Si le texte est joué en classe ou devant un public exclusivement formé d'élèves, les écoles n'ont pas à payer les droits de représentation. Cependant, pour les représentations où les parents et amis sont invités, les droits de représentation s'appliquent.

Notez que les écoles du Québec bénéficient d'une entente entre l'AQAD (L'Association Québécoise des Auteurs Dramatiques) et le MELS (Ministère de l'Éducation, du Loisir et du Sport) qui défraie les droits de représentation devant un public de parents et d'amis. Il faut alors remplir un formulaire sur le site de l'AQAD
Est-ce que Animagination accepte de facturer les écoles du Québec ?
Oui, Animagination accepte de facturer les écoles du territoire de la province de Québec seulement. Il suffit alors de nous faire parvenir un courriel avec le titre de la pièce, le nom de la personne responsable, la ou les dates approximatives de représentation ainsi que l’adresse complète de l’école. Le délai de réponse est de 24 à 48 heures.
Est-ce que les troupes formées d'amateurs doivent payer les droits de représentation ?
Tout le monde doit payer le droit d'auteur. Les troupes formées d'amateurs ne sont pas exemptées, tout comme les organismes sans but lucratif. Même si le spectacle est présenté gratuitement, il faut payer les droits de représentation.
Est-ce que le droit d'auteur s'applique si nous jouons seulement un extrait ?
Les pièces doivent être présentées dans leur intégralité. Il faut une autorisation de l'auteur pour présenter un extrait et le droit d'auteur s'applique assurément.
Est-ce qu'on peut modifier un texte ?
Vous devez respecter l'intégrité du texte. Cependant, vous n'avez pas besoin d'autorisation pour les modifications suivantes : changement d'un nom de lieu, transformation d'un personnage féminin en masculin (ou vice versa), changement d'une expression qui n'est pas commune à l'endroit où la pièce est présentée. Aussitôt que vous transformez complètement une réplique, vous devez communiquer avec l'auteur.
Est-ce qu'on peut garder le texte dans nos archives ?
Il n'y a aucun problème à garder le texte dans vos archives. Cependant, s'il est présenté à nouveau, il faut acquitter les droits de représentation.
Est-ce que je peux publier le texte ou un extrait ?
Pour toutes publications, sous toute forme que ce soit, il faut contacter l'auteur ou ses représentants.
Est-ce qu'on peut retrouver les textes en librairie ?
Les textes sont seulement disponibles sur le site de Animagination.
Auteur

Luc Boulanger

Luc Boulanger auteurDétenteur d’un certificat de deuxième cycle en journalisme, c’est d’abord avec sa plume que Luc Boulanger s’est démarqué. Il a écrit une cinquantaine de pièces de théâtre qui sont diffusées dans internet et jouées partout sur la planète ; de Fermont au Kirghizistan, en passant par Singapour et Genève.

Il est cofondateur de la troupe de théâtre Animagination qui présente depuis plus de 25 ans des spectacles pour jeune public. En plus de concevoir les pièces, il est également comédien. La troupe se produit entre 50 et 100 fois par année au Québec et dans la francophonie canadienne. Animagination a eu la chance de travailler avec l’auteur Dominique Demers pour la conception et la présentation d’une pièce de théâtre mettant en vedette le personnage de Mademoiselle Charlotte.

En 1996, il a participé à la création du centre d’art La Chapelle, la salle de spectacles de son quartier dont il fut le premier coordonnateur durant trois ans. Il est resté un collaborateur actif du lieu et plusieurs de ses productions théâtrales sont présentées en primeur à La Chapelle.

Luc Boulanger a énormément travaillé comme animateur auprès des jeunes et des adultes. Il a notamment accompagné plusieurs groupes de voyageurs, visitant ainsi plus de 25 pays. Aujourd’hui, il agit davantage en tant que formateur en théâtre, en improvisation et en cinéma. Il fait partie de la liste de ressources du programme «Écrivains à l’école» subventionné par le ministère de l’Éducation. Une de ces expériences marquantes en tant que formateur est une série de trois séjours au Nunavik pour enseigner à de jeunes animateurs Inuits.

Grand amateur de cinéma, Luc réalise des films et des clips vidéo depuis qu’il a dix ans. Lors d’un voyage en Allemagne pour assister à une de ses pièces jouées en allemand, il a monté un reportage en utilisant seulement son iPhone. D’ailleurs, il est un passionné d’informatique, il connaît bien le langage HTML et explore constamment le logiciel Photoshop. Il conçoit la plupart des affiches de ses spectacles et adore la photographie de plein air. À l’occasion, il accepte des contrats de photos.

Membre de l’Union des Artistes (UDA) et président du conseil d’administration de l’Association québécoise des auteurs dramatiques (AQAD), Luc Boulanger est interpelé par les conditions socio-économiques de ses pairs. Il est ainsi un des fondateurs du Regroupement énergique des petites entreprises de théâtre (RÉPET) qui vise à valoriser le travail des artistes de théâtre qui s’autoproduisent.

En septembre 2013, Luc Boulanger a reçu une médaille de l’Assemblée nationale pour la diffusion de ses oeuvres et son implication dans son milieu.

Commentaires
Rédigez votre propre commentaire

Vous devez être enregistré pour rédiger un commentaire. Veuillez, vous identifier ou créer un compte utilisateur.