Consommatosaurus Rex

De Luc Boulanger
Style/Thème :
Comédie dramatique sur la surconsommation
Lieux :
À l'école, au domicile des enfants
Nombre de comédiens :
Entre 15 et 21
Durée :
60 minutes
Âge :
8 à 13 ans
Niveau :
Intermédiaire
Résumé :

À l'école Notre-Dames-des-Anges, on peut sentir une tension entre les jeunes qui suivent les courants de la mode et ceux qui rejettent les principes de la société de consommation. Ces deux façons de penser vont être confrontées lors d'un concours oratoire organisé par l'école. Un texte pour amener les comédiens et le public à réfléchir sur la place de la consommation et du paraître dans notre société.

Voici une bande annonce préparée par la Troupe des Démasqués


Extrait du texte plus bas

Availability: En stock

32,90 €
Au Canada, des taxes peuvent s’ajouter.

Vous pourrez télécharger le texte de la pièce de théâtre tout de suite après la transaction (en format PDF)

Nos pièces de théâtre ont été jouées au quatre coins de la francophonie. En savoir plus...

Pour toute information
Contactez-nous

Extrait du texte

Consommatosaurus Rex

de Luc Boulanger

IMPRIMER...

Ce texte est protégé par les lois sur le droit d’auteur. Avant de le reproduire (le photocopier), le présenter devant public ou le publier sur papier ou de façon électronique, assurez-vous d’avoir les autorisations requises. 

Introduction : La cacophonie des aubaines

Les comédiens sont divisés en trois groupes qui auront à scander de petites phrases, de petites litanies.

Le chef d'orchestre arrive. Il a l'air sûr de lui, presque hautain. Il salue le public et annonce « La cacophonie des aubaines ». Puis, il tape avec sa baguette sur un lutrin, question d'attirer l'attention. Il pointe sa baguette vers le premier groupe qui commence aussitôt à répéter : « Acheter, jeter, acheter, jeter… ». 

Cette première litanie est le rythme de fond. Elle doit être répétée sur un ton plutôt bas. On peut battre le rythme en claquant les doigts ou en frappant sur des petits instruments de percussion.

Après quelques mesures, le chef d'orchestre pointe le deuxième groupe qui à son tour scande « 10%, 20%, 30%... ». Pendant ce temps, le premier groupe continue de répéter sa litanie.

Quelques mesures plus loin, le chef pointe le troisième groupe qui entreprend la phrase suivante : « Carte de crédit, carte de débit, argent comptant… ». Les deux autres groupes répètent toujours leurs slogans créant ainsi une cacophonie organisée.

Après un certain temps, le chef d'orchestre fait signe de diminuer le volume tranquillement jusqu'à ce qu'on entende les litanies en sourdine. Il faut maintenant faire place au soliste.

Le soliste entre, il fait rapidement des signes de tête au public et au chef d'orchestre puis déclame avec énergie les paragraphes suivants :
Allez, consommez
Faites-vous du bien
Car plus vous dépensez, plus vous économisez
Et plus vous serez heureux
Ne manquez pas cette super liquidation
Des tonnes de rabais
Comme vous n'en avez jamais vu
Hâtez-vous, premier arrivé, premier servi
Achetez maintenant et payez plus tard.
Avec nos produits, vous serez les plus fins,
Les plus forts et les plus beaux.
Satisfaction garantie ou argent remis.


Note : au lieu d'un soliste, on peut ajouter un quatrième groupe.

Une fois son poème terminé, le soliste salue et quitte la scène. Il peut aussi aller rejoindre un des groupes.

Comme finale, le chef d'orchestre demande aux groupes d'augmenter l'intensité dans un grand crescendo qui se termine de façon forte et abrupte.

Quand tout est terminé, le chef salue le public et les membres de son orchestre. Puis il sort.

Les comédiens qui jouent dans la scène suivante restent et les autres quittent la scène.

Scène 1 : La division des équipes

Avec : Damien, Lucie, Gabrielle, Pascale, Michel, Raphaëlle, José, Joelle, Maxime et Bobby.

Note : On peut ajouter des figurants dans cette scène.

Damien reçoit un ballon de soccer.

DAMIEN : OK, on divise les équipes. Je suis le premier chef. Je l'ai dit en premier.

Damien lance le ballon à Lucie.

LUCIE : Je suis la deuxième chef. Je l'ai dit.

GABRIELLE : C'est toujours vous autres les chefs.

DAMIEN : Ah! On l'a dit. Il est trop tard. Vous avez juste à être plus rapides.

PASCALE : On n'a même pas eu le temps de réagir.

DAMIEN : C'est normal qu'on soit les chefs, on est les deux plus forts.

LUCIE : Les équipes seront pas justes si on se retrouve dans la même équipe.

GABRIELLE : Vous vous prenez pour les meilleurs de l'école Notre-Dame-des-Anges.

DAMIEN : Pour être bon, il faut se penser bon. C'est une question d'attitude.

RAPHAËLLE : Moi pis José, on est toujours choisis en dernier.

DAMIEN : C'est normal, vous êtes les moins forts.

RAPHAËLLE : On peut pas s'améliorer. On joue à la défense et on n'a jamais le ballon.

JOSÉ en fouillant dans son sac de bonbons : Ouin !

DAMIEN : Vous avez juste à performer.

GABRIELLE : On est à l'école. C'est pas les championnats mondiaux. On peut laisser faire la compétition.

DAMIEN : La vie est une grande compétition, ma chère Gabrielle.

PASCALE : Nous, on veut s'amuser.

MICHEL : Pourquoi on procède toujours de la même manière. Il faudrait trouver des façons originales de diviser les équipes.

PASCALE : T'as raison Michel! On pourrait tirer au hasard.

RAPHAËLLE : Ou se diviser selon nos dates de naissance. Ceux qui sont nés l'été contre ceux qui sont nés l'hiver.

MICHEL : Ou encore ceux qui ont déjà eu la varicelle contre ceux qui ne l'ont jamais eu.

LUCIE : Je le sais moi, les gars contre les filles.

GABRIELLE ironique : Bravo Lucie! Toute une idée originale!

LUCIE : Qu'est-ce que t'as à dire, punaise.

PASCALE : Soyons pratiques : les vêtements clairs contre les vêtements foncés.

DAMIEN : Non ! Les « in » contre les « out ».

GABRIELLE : Qu'est-ce que t'entends par là ?

DAMIEN : Ceux qui ont de l'allure contre ceux qui n'en ont pas.

PASCALE : Je suppose que les « in » sont ceux qui portent du beau linge cher « foule » à mode.

DAMIEN : Ça ressemble à ça.

GABRIELLE : C'est vraiment faible comme idée. 

DAMIEN : Pourquoi, c'est la réalité.

PASCALE : La réalité ?

DAMIEN : Oui, vous vous voyez pas l'allure.

GABRIELLE : Qu'est-ce qu'elle a notre allure ?

LUCIE en touchant au vêtement de Gabrielle : Cette chemise-là, tu dois bien la porter depuis ta première année.

GABRIELLE : Ça fait longtemps que je l'ai, mais je suis bien dedans.

MAXIME : Moi, je renouvelle ma garde-robe au complet à tous les six mois.

DAMIEN : Michel a dû acheter ses pantalons au Comptoir des pauvres.

LUCIE en rigolant : Non, c'est les culottes de son grand-père. Tous ses frères et sœurs les ont portés avant lui.

JOELLE : Sans parler de Pascale, elle a l'air d'un épouvantail avec son linge confectionné à la maison.

PASCALE : Est-ce que j'ai le droit d'avoir des goûts différents ?

DAMIEN : T'as le droit de faire dur. T'oublie que les vêtements, c'est notre carte de visite. Ça démontre quel type de personne on est. Pis vous autres, vous êtes « out ».

GABRIELLE : Des « out » hein ! On va te montrer si on est des « out ». J'accepte le défi. Les « in» d'un bord contre les « out ».

Damien et Lucie se tapent dans la main. Gabrielle, Michel, Raphaëlle, Pascal et José se placent d'un côté, alors que Damien, Lucie, Maxime et Joelle se placent de l'autre. S'il y a des figurants, ils se divisent en deux selon leur habillement. Bobby reste en plein centre.

DAMIEN : Préparez-vous l'équipe du vieux linge ! On va vous laver !

LUCIE : On va vous écraser comme des punaises.

GABRIELLE : C'est ce qu'on va voir.

BOBBY qui s'empare du ballon : Moi, je vais faire l'arbitre.

RAPHAËLLE : Tu joues jamais Bobby. Fais un effort.

BOBBY : Ça me tente pas.

DAMIEN : Il préfère jouer au soccer sur son Gameboy.

JOSÉ : Moi non plus, je ne joue pas.

GABRIELLE : José, on a besoin de tout le monde.

JOSÉ : J'ai pas le goût de courir.

MICHEL : T'as juste à rester dans les buts.

JOSÉ : Bon, si vous voulez.

BOBBY : Tout le monde est prêt. Un, deux, trois, Go !

Tous les personnages quittent sauf Gabrielle et Damien.

 

Scène 2 : Les parents (1).

Le père entre et va rejoindre Damien. Gabrielle reste immobile.

PÈRE : Bonjour fiston ! T'as passé une bonne journée?

DAMIEN : Oui. Tu rentres tard.

PÈRE : J'avais des clients importants à rencontrer.

DAMIEN : Et puis?

PÈRE : J'ai effectué une vente du tonnerre.

Ils se tapent dans les mains.

DAMIEN : Aujourd'hui, on a joué au soccer et on a gagné 11 à 0.

PÈRE : Excellent!

DAMIEN : J'ai compté quatre buts, Lucie en a compté trois.

PÈRE : C'est rare que Lucie et toi vous jouez dans la même équipe.

DAMIEN : Tous les « bizarres » de l'école voulaient jouer ensemble. Ils pensaient nous battre.

PÈRE : C'est bien. Pour avoir une équipe gagnante, il faut s'entourer des meilleurs et évacuer les faibles. Retiens bien ça!

Ils figent. La mère entre et va rejoindre Gabrielle.

MÈRE : Bonjour ma belle. T'as passé une bonne journée?

GABRIELLE : Bof! Tu rentres tard.

MÈRE : J'avais une réunion obligatoire avec le grand boss des États.

GABRIELLE : Avant que les Américains achètent la compagnie, t'avais pas besoin de travailler le soir.

MÈRE : Pour faire face à la mondialisation, il faut être compétitif.

GABRIELLE : Comme ça c'est vrai que la vie est une grande compétition.

MÈRE : C'est pas supposé. La vie devrait être une SAINE compétition.

GABRIELLE : Qu'est-ce que tu veux dire?

MÈRE : Dans la nature, pour les animaux, les plantes, la vie est une compétition. Alors que la société que les humains ont construite devrait donner une chance égale à tous.

Elles figent. L'attention se dirige vers Damien et son père.

PÈRE : Dans la vie, il faut toujours que tu regardes en avant. Si tu te retournes, tu vas te faire dépasser.

DAMIEN : Quand on fait des courses, je gagne tout le temps parce que je fonce comme une fusée.

PÈRE : Ça c'est mon fils. Prends moi comme exemple. Ça fait deux mois de suite que je termine premier vendeur des produits SuperStar et je suis presque assuré d'arriver premier encore une fois.

DAMIEN : Wow!

PÈRE : Avec les bonus que ça va me donner, je vais enfin pouvoir m'acheter une Infiniti rouge G 35 avec boîte manuelle six vitesses. Quatre roues de 18 pouces en alliage...

DAMIEN : Pis le gilet du Canadiens que je t'avais demandé ?

PÈRE : Certain, à condition que tu remontes tes notes de mathématique. Car si c'est important de compter des buts, il faut aussi savoir compter son argent.

DAMIEN : J'vais faire des efforts. J'ai tellement hâte d'arriver à l'école avec mon gilet. Ça va flasher!

PÈRE : Comme je le dis souvent, les vêtements, c'est notre carte de visite.

Ils figent. L'attention se retourne vers Gabrielle et sa mère.

MÈRE : Il faut produire, produire, toujours produire. Au diable la qualité, c'est la quantité qu'ils veulent. Je sais pas si je vais tenir le coup.

GABRIELLE : Tes boss devraient savoir qu'on peut pas faire du bon travail quand on est trop pressé.

MÈRE : Ils nous pressent… comme des citrons.

GABRIELLE : Tu m'as toujours dit que l'important, c'est d'être heureux. Si ton emploi te convient plus, t'as juste à changer. Il doit bien exister des boîtes de communication où la qualité est vraiment importante.

MÈRE : Les bonnes places ne courent pas les rues. Je peux pas me permettre d'être sans salaire trop longtemps.

GABRIELLE : On peut se serrer la ceinture.

MÈRE : Je voulais t'acheter une robe neuve pour ton party de fin d'année.

GABRIELLE : Je pourrais mettre ta robe de bal. Tu voulais me la donner.

MÈRE : Elle est un peu démodée.

GABRIELLE : C'est pas grave. Je suis déjà cataloguée comme une fille démodée.

MÈRE : C'est quoi cette histoire-là ?

GABRIELLE : À l'école, c'est rendu qu'il y a deux gangs : les « in » et les « out ». On a fait une partie de soccer une gang contre l'autre. On s'est fait battre à plate couture.

MÈRE : J'aime pas bien ça. C'est pas très sain comme climat. Je vais en parler à ton professeur.

GABRIELLE : Attends, je n'ai pas dit mon dernier mot.

MÈRE : Attention, je te connais, toi. Avec ta tête forte, t'as tendance à te mettre en situation de conflit. Prends pas trop ça à cœur.

GABRIELLE : Inquiètes-toi pas.

 

Scène 3 : Sur le chemin de l'école.

Pascale et Michel entrent en jasant. Bobby les suit en jouant avec un jeu vidéo portatif.

PASCALE : 11 à 0 et Gabrielle voudrait une partie revanche. On va encore se faire humilier.

MICHEL : Si on peut pas les avoir par la force, il faut utiliser notre intelligence.

Pascale et Michel s'arrêtent. Bobby continue à marcher et bouscule Pascale.

PASCALE : Attention Bobby !

BOBBY en regardant toujours son jeu vidéo : Toi, je vais t'écraser.

MICHEL : Bobby, franchement !

BOBBY : C'est pas à Pascale que je disais ça, c'est au monstre dans mon Gameboy.

PASCALE : Youhou ! Je suis une vraie personne.

MICHEL : Et Pascale est loin d'être un monstre.

BOBBY concentré sur son jeu : C'est vrai.

Pascale fait une petite moue gênée. Quelque chose s'allume dans son regard.

BOBBY : Ah non ! Je suis mort. 

PASCALE : T'as juste à recommencer.

BOBBY : Mais j'ai passé la nuit sur cette partie. J'étais rendu au vingt-troisième niveau.

MICHEL : Tu peux bien t'endormir pendant la classe, Bobby Zombie.

BOBBY : Je suis vidé, je n'ai plus d'énergie.

PASCALE : Si t'as passé une nuit blanche, c'est normal que tu sois fatigué.

BOBBY : J'avais presque atteint la grande comète rouge. Ça m'aurait redonné toute mon énergie.

MICHEL : Quelle comète rouge ?

PASCALE : C'est dans son monde virtuel.

MICHEL : Ah bon ! Je me demande si un jour il va décrocher.

PASCALE : Parlant de comète, en voici une qui fonce directement sur nous.

Joelle arrive. Bobby replonge dans son jeu.

JOELLE : Salut! Devinez ce que je me suis acheté ?

PASCALE et MICHEL en même temps : Une photo autographiée de Britney Spears.

Note : Britney peut être remplacée par une autre vedette du moment.

JOELLE : Vous le saviez ?

Michel : C'était facile à deviner. Tu tripes sur Britney. T'as tout : les disques, les DVD, les posters, les t-shirts, la casquette, la serviette de plage, les bas, les suçons, la salière, la poivrière, le tournevis, les pinces…

JOELLE : Ben là, t'exagères !

MICHEL : À peine.

JOELLE : Je suis folle de joie, une photo autographiée, c'est fantastique!

Elle sort l'objet de son sac.

PASCALE : Comment t'as payé ça ?

JOELLE : Juste trente dollars.

MICHEL ironique : Juste ça.

JOELLE : Quoi! C'est pas cher.

MICHEL : Ça dépend sous quel angle tu te places. Pour quelqu'un comme moi qui vit dans une famille de cinq enfants, trente dollars, c'est le bout du monde.

JOELLE : Habituellement, ça vaut quatre fois le prix. C'est pour ça que ça valait la peine.

MICHEL : Remarque que pour imprimer une photo, ça coûte seulement quelques sous.

PASCALE : Tes parents acceptent de payer pour ces bébelles-là ?

JOELLE : Comme ils sont séparés, c'est très facile de jouer sur leur sentiment de culpabilité pour obtenir des cadeaux. Et quand ils refusent, je leur pique des crises incroyables. Je suis capable de devenir carrément insupportable, vous savez.

MICHEL : Je n'en doute pas.

PASCALE : Avec tout l'argent que tu gaspilles, j'aurais pu me payer une machine à coudre professionnelle.

JOELLE : Écoutez, si vous avez des problèmes d'argent, vous pouvez participer au concours oratoire organisé par l'école.

PASCALE : Un concours oratoire ?

MICHEL : C'est un concours où tu fais un exposé oral devant un grand public et il y a des juges qui évaluent ta performance.

Joelle leur tend un papier coloré qu'elle vient de sortir de son sac. Michel le prend.

JOELLE : Et le premier prix est de 1000 dollars.

PASCALE : Super cool!

MICHEL : Attendez, c'est pas 1000 dollars en argent, c'est 1000 dollars en certificat-cadeau pour aller manger chez Monsieur Donald.

PASCALE : Quoi? 1000 dollars de « fast food ».

JOELLE : J'avais pas vu ça. C'est encore mieux.

PASCAL : C'est dégueulasse.

MICHEL : Attends, comme deuxième prix, il y a une télé couleur 36 pouces.

JOELLE : Incroyable, je file m'inscrire tout de suite.

Joelle quitte la scène en vitesse. Michel regarde toujours le papier.

PASCALE : Notre école fait tirer du « fast food » et une télé.

MICHEL : Sûrement une nouvelle trouvaille de notre directeur. J'ai hâte de voir la réaction de Gabrielle.

PASCALE : Elle va complètement être…

BOBBY : Anéantie, désintégrée, rayée de la carte. Yé !

Michel et Pascale se regardent, découragés.

MICHEL : Mets-toi sur « pause » Bobby, les cours vont commencer.

 

Scène 4 : Toujours sur le chemin de l'école

Dans cette scène José se laisse intimider par Lucie et Maxime, qui a un agenda rempli d'activités, n'a pas de temps à consacrer au texte qu'elle doit faire en équipe avec Raphaëlle.
(Texte complet en payant les droits).

 

Scène 5 : Les clés du directeur

Le directeur passe avec des papiers sous le bras et un café à la main. Il repasse encore et encore, à la recherche d'un objet. Gabrielle et Michel entrent.

GABRIELLE : Vous cherchez quelque chose Monsieur le Directeur ?

DIRECTEUR : Mes clés, je cherche mes clés. Je croyais les avoir laissées dans mon manteau. J'ai une réunion urgente aux bureaux de la Commission scolaire.

MICHEL : Est-ce qu'il y a deux pompons roses accrochés à votre porte-clés ?

DIRECTEUR : Vous avez pris mes clés ?

GABRIELLE : Non, mais on sait ce qui est arrivé.

DIRECTEUR : Je vous ordonne de me le dire immédiatement.

MICHEL : On aurait une petite question à vous poser avant.

DIRECTEUR qui les regarde d'un œil soupçonneux : Encore une de vos manigances.

GABRIELLE : Pas du tout.

MICHEL : On voudrait savoir, à propos du concours oratoire, pourquoi les prix à gagner sont aussi « irresponsables » ?

DIRECTEUR : Irresponsables ?

GABRIELLE : Franchement, une télé, du « fast food ».

DIRECTEUR : Où est le problème ?

GABRIELLE : Du « fast food », c'est mauvais pour la santé.

MICHEL : Un repas contient 35 cuillères de sucre.

DIRECTEUR : Vous oubliez que nous sommes à l'ère des réseaux et du partenariat. Ces entreprises sont prêtes à injecter beaucoup d'argent dans nos écoles.

MICHEL : Pour en récolter davantage.

DIRECTEUR : Nos gouvernements n'ont plus la capacité de payer. Il faut trouver de nouvelles ressources.

GABRIELLE : On vit déjà dans un monde où il y a de la publicité partout. Les grosses compagnies ne doivent pas entrer dans nos écoles. Il faut seulement mieux gérer nos ressources.

MICHEL : C'est vrai ! On a même pas de service de recyclage à l'école Notre-Dame-des-Anges. Est-ce qu'à la Commission scolaire, on utilise du papier recyclé ?

Michel tâte le paquet de feuilles que tient le directeur.

MICHEL : Ça pas l'air.

GABRIELLE : Votre café, il est équitable ?

MICHEL : Savez-vous dans quelle condition a été fabriqué votre bel habit ?

GABRIELLE : Probablement en Asie dans un atelier de misère où les employés gagnent 12 cents par jour.

DIRECTEUR : Stop ! Écoutez les enfants. J'ai beaucoup de priorités à gérer et j'ai pas toujours le temps de penser à tout cela. Je sors d'ici à 9h tous les soirs. Si vous avez des critiques, utilisez les canaux démocratiques. Adressez-vous au Conseil des élèves. Toi, Gabrielle, tu en fais partie, je crois ?

GABRIELLE : On n'y manquera pas.

DIRECTEUR : Maintenant, où sont mes clés ?

MICHEL : Nous les avons trouvées près de votre voiture. On venait vous les rendre.

Michel lui tend les clés. Le directeur vient pour les saisir, mais Michel les ramène vers lui, si bien que le directeur passe dans le vide.

GABRIELLE : Êtes-vous conscient que votre beau véhicule utilitaire sport consomme 30% plus d'essence qu'une voiture ordinaire?

DIRECTEUR : Mes clés S.V.P.

Michel lui donne les clés.

GABRIELLE : Dépêchez-vous avant d'être en retard.

Le directeur sort en trombe. Gabrielle et Michel se frappent les poings, puis quittent la scène.

Pour obtenir la fin de l'histoire, achetez ce texte

Tableau des répliques Consommatosaurus Rex

IMPRIMER...

Droits d'auteur (FAQ)

Droits d'auteur (FAQ)

Qu'est-ce que le droit d'auteur ?
Le droit d'auteur garantit la protection des oeuvres littéraires, dramatiques, artistiques et musicales, des enregistrements sonores, des représentations d'une oeuvre en public et des télécommunications. Le droit d'auteur donne aux créatrices et créateurs le droit, devant la loi, d'être rémunérés pour leurs oeuvres et d'en contrôler l'utilisation.
Une fois que j'ai acheté un texte, est-ce que je peux l'utiliser à ma guise ?
Le fait d'acheter un texte sur le site de Animagination vous permet d'avoir accès à l'oeuvre intégrale que vous pouvez lire seul, en groupe ou encore travailler en classe ou en atelier. Mais le simple achat du texte ne vous donne pas l'autorisation de le jouer en public. Pour cela, il faut payer les droits de représentation.
Est-ce que je dois acheter les droits de représentation immédiatement ?
Vous pouvez revenir en tout temps sur le site de Animagination pour acquitter les droits de représentation. Il est préférable de le faire avant la tenue de l'activité ; la facture faisant office de preuve que vous détenez les droits de représentation. Cela dit, il n'est jamais trop tard pour payer les droits et ainsi régulariser votre situation.
Est-ce que les écoles doivent payer les droits de représentation ?
Si le texte est joué en classe ou devant un public exclusivement formé d'élèves, les écoles n'ont pas à payer les droits de représentation. Cependant, pour les représentations où les parents et amis sont invités, les droits de représentation s'appliquent.

Notez que les écoles du Québec bénéficient d'une entente entre l'AQAD (L'Association Québécoise des Auteurs Dramatiques) et le MELS (Ministère de l'Éducation, du Loisir et du Sport) qui défraie les droits de représentation devant un public de parents et d'amis. Il faut alors remplir un formulaire sur le site de l'AQAD
Est-ce que Animagination accepte de facturer les écoles du Québec ?
Oui, Animagination accepte de facturer les écoles du territoire de la province de Québec seulement. Il suffit alors de nous faire parvenir un courriel avec le titre de la pièce, le nom de la personne responsable, la ou les dates approximatives de représentation ainsi que l’adresse complète de l’école. Le délai de réponse est de 24 à 48 heures.
Est-ce que les troupes formées d'amateurs doivent payer les droits de représentation ?
Tout le monde doit payer le droit d'auteur. Les troupes formées d'amateurs ne sont pas exemptées, tout comme les organismes sans but lucratif. Même si le spectacle est présenté gratuitement, il faut payer les droits de représentation.
Est-ce que le droit d'auteur s'applique si nous jouons seulement un extrait ?
Les pièces doivent être présentées dans leur intégralité. Il faut une autorisation de l'auteur pour présenter un extrait et le droit d'auteur s'applique assurément.
Est-ce qu'on peut modifier un texte ?
Vous devez respecter l'intégrité du texte. Cependant, vous n'avez pas besoin d'autorisation pour les modifications suivantes : changement d'un nom de lieu, transformation d'un personnage féminin en masculin (ou vice versa), changement d'une expression qui n'est pas commune à l'endroit où la pièce est présentée. Aussitôt que vous transformez complètement une réplique, vous devez communiquer avec l'auteur.
Est-ce qu'on peut garder le texte dans nos archives ?
Il n'y a aucun problème à garder le texte dans vos archives. Cependant, s'il est présenté à nouveau, il faut acquitter les droits de représentation.
Est-ce que je peux publier le texte ou un extrait ?
Pour toutes publications, sous toute forme que ce soit, il faut contacter l'auteur ou ses représentants.
Est-ce qu'on peut retrouver les textes en librairie ?
Les textes sont seulement disponibles sur le site de Animagination.
Auteur

Luc Boulanger

Luc Boulanger auteurDétenteur d’un certificat de deuxième cycle en journalisme, c’est d’abord avec sa plume que Luc Boulanger s’est démarqué. Il a écrit une cinquantaine de pièces de théâtre qui sont diffusées dans internet et jouées partout sur la planète ; de Fermont au Kirghizistan, en passant par Singapour et Genève.

Il est cofondateur de la troupe de théâtre Animagination qui présente depuis plus de 25 ans des spectacles pour jeune public. En plus de concevoir les pièces, il est également comédien. La troupe se produit entre 50 et 100 fois par année au Québec et dans la francophonie canadienne. Animagination a eu la chance de travailler avec l’auteur Dominique Demers pour la conception et la présentation d’une pièce de théâtre mettant en vedette le personnage de Mademoiselle Charlotte.

En 1996, il a participé à la création du centre d’art La Chapelle, la salle de spectacles de son quartier dont il fut le premier coordonnateur durant trois ans. Il est resté un collaborateur actif du lieu et plusieurs de ses productions théâtrales sont présentées en primeur à La Chapelle.

Luc Boulanger a énormément travaillé comme animateur auprès des jeunes et des adultes. Il a notamment accompagné plusieurs groupes de voyageurs, visitant ainsi plus de 25 pays. Aujourd’hui, il agit davantage en tant que formateur en théâtre, en improvisation et en cinéma. Il fait partie de la liste de ressources du programme «Écrivains à l’école» subventionné par le ministère de l’Éducation. Une de ces expériences marquantes en tant que formateur est une série de trois séjours au Nunavik pour enseigner à de jeunes animateurs Inuits.

Grand amateur de cinéma, Luc réalise des films et des clips vidéo depuis qu’il a dix ans. Lors d’un voyage en Allemagne pour assister à une de ses pièces jouées en allemand, il a monté un reportage en utilisant seulement son iPhone. D’ailleurs, il est un passionné d’informatique, il connaît bien le langage HTML et explore constamment le logiciel Photoshop. Il conçoit la plupart des affiches de ses spectacles et adore la photographie de plein air. À l’occasion, il accepte des contrats de photos.

Membre de l’Union des Artistes (UDA) et président du conseil d’administration de l’Association québécoise des auteurs dramatiques (AQAD), Luc Boulanger est interpelé par les conditions socio-économiques de ses pairs. Il est ainsi un des fondateurs du Regroupement énergique des petites entreprises de théâtre (RÉPET) qui vise à valoriser le travail des artistes de théâtre qui s’autoproduisent.

En septembre 2013, Luc Boulanger a reçu une médaille de l’Assemblée nationale pour la diffusion de ses oeuvres et son implication dans son milieu.

Commentaires
Rédigez votre propre commentaire

Vous devez être enregistré pour rédiger un commentaire. Veuillez, vous identifier ou créer un compte utilisateur.